La novlangue managériale – Emprise et résistance

Nous annonçons la parution d’un ouvrage passionnant : La novlangue managériale Emprise et résistance

De Agnès VANDEVELDE-ROUGALE

Préface de Gilles HERREROS

 Comment la « novlangue managériale » empêche-t-elle d’exprimer le mal être, les désirs, les aspirations du sujet ? Cet ouvrage explore la source langagière de ces entraves et les voies possibles pour s’en dégager.

Nourri d’une recherche socio-anthropologique, cet ouvrage présente une analyse du langage utilisé dans le management en articulant les registres de la pensée, de l’éprouvé et de l’action. Avec des illustrations saisissantes et des références théoriques diversifiées, l’auteur analyse les dévastations qu’occasionne le management moderne en toute tranquillité, en toute impunité. En effet, il ne fait pas que provoquer le mal-être au travail. Par l’utilisation de sa novlangue (en référence à George Orwell), il participe aussi et surtout au corsetage des imaginaires, au façonnage des univers symbolique, au formatage des émotions, à l’écrasement des intelligences individuelles et collectives. Démontant le processus d’intériorisation du discours dominant, l’auteur donne des outils pour faire face à la violence plus ou moins ordinaire à l’œuvre dans les organisations.

La novlangue managériale. Emprise et résistance

http://www.editions-eres.com/ouvrage/4007/la-novlangue-manageriale

érès, Collection « Sociologie clinique » – ISBN : 978-2-7492-5371-8 – février 2017

Présentation

Comment dire le mal-être au travail ? Que faire des émotions ressenties au travail, celles qu’on ne peut pas exprimer parce qu’on se révèlerait « trop sensible », trop vulnérable, ou pas suffisamment « performant » ni « professionnel » ? Comment dire la peur, celle qui est considérée comme « irrationnelle » ? Aux violences du monde du travail s’ajoute une autre violence. Celle qui entrave l’expression du sens, la communication des émotions, l’évocation de la souffrance. Celle qui fait que le vécu des salariés n’est ni exprimable ni entendu.

Cet ouvrage explore la source langagière de ces entraves : comment la « novlangue managériale » empêche-t-elle d’exprimer le mal être, les désirs, les aspirations du sujet ? Considérés comme des « ressources humaines », les individus n’arrivent plus à donner du sens à ce qu’ils vivent. À partir de récits d’expériences singulières de harcèlement, de stress, de mal être au travail, l’auteure met en évidence les processus d’intériorisation subjective de normes qui conduisent à accepter la violence managériales et à s’adapter à ses exigences. Elle souligne également le potentiel de résistance de l’individu lorsqu’il peut exprimer et questionner ses émotions et les mots pour dire ce qu’il éprouve.

 

Un extrait pour vous donner envie de lire (page 20)

« En termes plus imagés, j’avance que le discours managérial agit comme un virus : de même qu’un virus s’appuie sur les structures de la cellule infectée pour se répliquer, le discours managérial se constitue en novlangue et se diffuse en s’appuyant sur les structures sociopsychiques du sujet et sur les structures de la langue vernaculaire. Et de même que l’affaiblissement d’un organisme dû à une infection virale peut ne se révéler qu’à la rencontre d’autres agents infectieux, l’affaiblissement de l’individu en tant que sujet de son discours peut n’apparaître qu’à l’aune de circonstances délétères, telles que la confrontation à des pratiques de harcèlement moral au travail. Avec cette métaphore, et plus généralement ce livre, j’espère apporter un éclairage sur le processus d’intériorisation subjective d’un discours dominant, et montrer que le questionnement des émotions et des mots pour les dire porte un potentiel de résistance au mal-être au travail. Les hypothèses présentées ne prétendent pas à l’exhaustivité mais se proposent comme des voies de compréhension dont l’exploration et le questionnement pourront se poursuivre. »

Quelques mots sur l’auteure…

Agnès Vandevelde-Rougale est socio-anthropologue. Diplômée de l’École supérieure des sciences commerciales d’Angers et docteure en anthropologie et sociologie (mention sociologie clinique), elle est chercheure associée au Laboratoire de changement social et politique (Université Paris Diderot-Paris 7), membre du Comité de rédaction de la revue ¿ Interrogations ?, membre du Conseil d’orientation du Réseau international de sociologie clinique (RISC), membre du Bureau du réseau thématique « sociologie clinique » (RT16) de l’Association française de sociologie (AFS).

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.