Le langage une pratique sociale, elements d’une sociolinguistique politique

Le langage, une affaire commune

Pourquoi le langage n’est-il pas seulement l’affaire des « linguistes » ? Pourquoi est-il aussi l’affaire des sociologues, des historiens, des anthropologues, des littéraires, etc., mais, avant tout, l’affaire de tout être parlant ? Parce qu’il est une pratique sociale, historicisée, qui ne peut être appréhendée que dans ses contextes d’énonciation et d’interaction. Cet ouvrage a pour but d’ouvrir à une réflexion réellement transversale, transdisciplinaire et surtout indisciplinaire sur ce qu’est le langage.

Il est temps de concrétiser le dialogue (encore timide) entre les différentes disciplines (bien plus développé aux USA, où la Linguistic Anthropology couvre une partie de ce que nous appelons sociolinguistique en France) afin d’entériner l’idée que le langage n’est pas un outil de transmission de messages, encore moins le reflet des idées (supposées stables et définitives) d’un sujet parlant, et surtout pas la supposée identité d’une communauté, ethnie ou nation… Ni objet, ni transparent : le langage est une activité complexe, une praxis qui conditionne les actions de types social, politique, idéologique, psychologique, etc. Pour toutes ces raisons, il est au centre d’une mise en discours permanente, dont la réduction à l’objet « langue » est la plus ancienne et la plus féconde. Il est toutefois temps de s’affranchir de cette idée que c’est par la langue que le sujet se construit : non c’est par le langage, ou ce que d’autres préfèrent aussi nommer le discours.

Chaque jour, les exemples de l’actualité nous le montrent : le langage n’est pas neutre, il agit, il blesse ou transporte de joie. Il transforme des relations humaines, il permet de changer les regards sur tel ou tel sujet. Au-delà de ses formes orales ou écrites, le langage comprend plus largement un ensemble de manières de faire. Un regard dans le métro, un geste entre deux interlocuteurs, la hauteur d’une voix au fond d’une salle de cours, les positionnements des corps dans un espace donné, les mouvements des manifestants, les slogans scandés, le marquage sur la peau ou les vêtements, des insultes proférées sur les réseaux sociaux, etc., sont autant d’éléments du langage qui construisent et constituent notre rapport au réel.

La genèse du livre…

Après trois années de discussions intenses autour de nos quatre approches respectives, entre la sociolinguistique des discours, l’analyse des discours, l’approche sociale des imaginaires linguistiques, la sociolinguistique critique, et surtout notre appréhension récente des méthodes d’analyse de la branche metapragmatic de la Linguistic Anthropology de Chicago (Silverstein, Gal, Irvine, Agha, Nakassis, etc.), nous avons construit pas à pas un fil rouge visant à l’étude des pratiques langagières selon un objectif très simple. Le but est de donner des clés à toute personne désireuse de comprendre ce que l’on fait quand on « langage ».

Initialement, l’objectif de cet ouvrage était de proposer aux étudiants en sciences du langage et surtout aux sociologues, anthropologues, historiens, etc., une approche renouvelée de notre discipline, la sociolinguistique. S’est rajouté à cet objectif premier, un autre défi : commencer à construire une réelle méthode d’analyse, la plus complète possible, des pratiques langagières. C’est un début, nous ne prétendons nullement à l’exhaustivité, mais nous lançons donc les débats ! Il reste encore des champs non appréhendés parce qu’ils ne correspondaient à aucun de nos travaux (comme la question du genre & langage, traitée par d’autres de nos collègues ailleurs), l’exigence première étant que nous illustrions toutes nos idées à partir de nos données de recherche…

Répétons-le : cette approche suppose avant tout de travailler la parole dans son hétérogénéité (et non plus la supposée « langue » qui n’est qu’un avatar des idéologies linguistiques que nous explicitons ici et déjà ailleurs), selon l’idée fondatrice (forte dans les années 1970, mais abandonnée entre-temps) que le langage en tant que praxis exerce une force sur le monde, qu’il vise à transformer le monde (et ceci dans tous les sens possibles). En ce sens, il s’agit de poursuivre l’expérimentation d’une approche plurielle des discours et des pratiques langagières, expression créée dans les années 1970 notamment par Josiane Boutet, Pierre Fiala et Jenny Simonin-Grumbach (1976).

Ainsi, parler ne revient pas à émettre des sons, à produire des mots et des phrases au sein d’un décor qui serait celui de la société : parler implique nécessairement de changer quelque chose de cette société, au moment où l’on parle, aussi infime soit ce changement. Tout simplement parce que parler – et même soliloquer, voire faire silence – suppose toujours de parler à quelqu’un, que cet autre soit présent ou non. Parler suppose toujours une interlocution (Masquelier et Siran 2000), parler suppose que quelqu’un entende, comprenne ou écoute, que quelqu’un, immédiatement ou en différé, réponde et se positionne par sa façon de parler ou d’agir. Ce pouvoir du langage, le pouvoir des effets du dire, déjà largement étudiés, est au centre de notre approche.

Toutefois, dire que le langage est une praxis n’est pas suffisant, encore faut-il mettre en œuvre une méthode la plus exhaustive possible pour en rendre compte, dans la vie de tous les jours. Alors comment s’y prendre ? La méthode élaborée dans cet ouvrage reste bien entendu à améliorer. Nous continuerons à penser, avec ceux qui le désirent, dans le cadre d’un dialogue permanent autour de ces questions ainsi que nous le faisons depuis dix ans au sein de l’ARAL (Atelier de Recherche en Anthropologie du Langage) ou du séminaire Critique Sociale du Langage, initié par les doctorants en 2015. C’est par la parole que notre compréhension du langage se constitue, pas à pas.

Le fantasme de la transparence

Contrairement à ce que certains sociologues croient, le langage est tout sauf un reflet de la société, ou un simple calque du monde et de la pensée d’un sujet… Les pratiques langagières sont comme toute autre pratique sociale : non pas transparentes, mais au contraire extrêmement complexes puisqu’elles portent tous les enjeux sociaux, historiques, politiques, mais aussi psychologiques, religieux, anthropologiques, etc., des relations entre les hommes. De fait, il n’est pas possible d’appréhender les discours tenus à un moment donné dans un contexte donné (comme l’entretien par exemple) comme une vérité du sujet parlant. Les propos d’une personne varient, et c’est inéluctable, selon les moments, les lieux, les interlocuteurs présents, son humeur, etc. Il n’y a aucune fixité du sujet, la parole renvoie à la multiplicité de ses positions subjectives et sociales. Par contre il existe des processus communs qui concernent les dynamiques de réflexivités langagières et de pratiques.

De même, il n’y a pas d’équation scientifique entre langue et culture, langue et identité, ou langue et nation : tout cela a été construit pendant des siècles dans toute l’Europe, et particulièrement en France, puis exporté pendant la colonisation notamment. Inventer l’idée qu’à une langue doit correspondre un groupe, une communauté, une ethnie, etc., s’inscrit dans une histoire complexe visant à instituer la langue comme mode de domination et de contrôle.

Dans ce cadre (ici exposé sommairement) quelles sont les questions qui intéressent la sociolinguistique ? Non pas de savoir comment varie le langage ou pourquoi telle catégorie de personnes (selon quelles statistiques ?) utilise telle catégorie de mots ; mais bien au contraire : Que font les gens quand ils parlent et dans quel intérêt ? Cette question fréquemment posée par Monica Heller, est au cœur de notre questionnement. Quelles en sont les très nombreuses conséquences méthodologiques ?

Pour résumer, disons que cette approche nécessite une implication du chercheur avec les gens dans le cadre d’une co-construction de la recherche, un engagement non pas politique au sens de la politique, mais au sens du politique d’un positionnement épistémologique clair et énoncé (et bien entendu subjectif). Cette approche suppose du temps et la prise en compte au maximum des conditions de production des énoncés, mais surtout une perspective sémiotique (peircienne) qui fait du langage non pas seulement un ensemble d’énoncés verbaux mais l’ensemble de l’interprétation des signes qui constituent la communication entre les hommes (impliquant les signes non verbaux, les objets, etc.).

Il s’agit donc de proposer aux chercheurs en sciences sociales une perspective d’analyse du dire, que nous considérons comme interdépendant du faire, dans la prise en compte des phénomènes sociaux, politiques ou artistiques abordés comme matérialité. Loin d’être un filtre transparent, ce dire « dit quelque chose » qui n’a pas pour seul but de représenter un réel appréhendable par le biais de sa simple profération. Que nous dit ce dire, et de quelle manière ? Quelles sont ses spécificités ? Qu’apporte-t-il de plus à la compréhension des sociétés ?

Pour une sociolinguistique politique

Plutôt que de proposer une définition invariable et immuable du langage (qui n’existe donc pas), nous abordons ici la parole et le discours selon une approche qui s’inscrit dans le fil d’autres approches issues de différents continents : nous l’appelons sociolinguistique politique. Loin d’une linguistique structuraliste volontairement détachée de la matérialité langagière – matière première de l’expression produite à un moment donné dans une situation donnée, à la fois vocale, scripturale, corporelle, etc., qui fait signe – notre approche a pour objectif de montrer en quoi ce dire construit précisément la société : au même titre que d’autres phénomènes sociaux, « les pratiques et les productions langagières (le discours) ne sont pas les reflets des rapports de pouvoir et de domination, même si elles en portent les traces ; elles sont organisées par ces rapports » (Leimdorfer 2010 : 229) et, pourrions-nous ajouter, les organisent en retour.

C’est parce que ce dire n’est pas neutre et qu’il agit sur la société – pour en conforter les codes ou les règles, tout autant que pour les mettre en cause –, que sa prise en compte est indispensable dans toute analyse des sociétés. Mais il ne s’agit pas de le réduire au message, à ce qu’il serait susceptible de contenir ou de produire : le pouvoir du langage réside ailleurs. Les formes de ce dire, les conditions de son expression, les lieux et les temps de sa profération, la construction/déconstruction des contextes qu’il implique, la performativité qu’il comporte, les dimensions imaginaires qui lui sont coextensives, les modalités de sa réception, etc., sont autant de phénomènes congruents à l’exercice de son pouvoir, que se doit d’étudier une sociolinguistique politique – que nous pourrions tout autant nommer sociologie ou anthropologie politique du langage – dans le prolongement de la sociolinguistique critique proposée par Monica Heller (2002). Le politique s’entend ici comme ce qui questionne le statu quo ou les évidences sociopolitiques, telles que l’ordre établi, les structures de pouvoir, ou les rapports sociaux de domination.

Si cette sociolinguistique n’a rien à voir avec une psycholinguistique cognitiviste, du fait qu’elle ne peut rien dire en dehors de la parole recueillie, c’est qu’elle n’a pas pour tâche de déceler des significations cachées sous les mots et dans les têtes mais de se pencher sur ce qui est dit et uniquement sur ce qui est dit, impliquant les conditions de possibilité et les effets de ce dire. La méthode d’analyse interprétative qui est la nôtre fonctionne dans un va-et-vient entre discours recueillis en situation, discours institutionnels et discours dits « scientifiques » sur les discours. Ainsi, nous proposons des analyses concrètes d’événements de parole toujours singuliers pour exposer d’une part avec quelle méthode nous les avons recueillis, construits, décrits, présentés, et d’autre part, avec quelle méthode nous pensons qu’il est intéressant de les mettre en relation, les interpréter, les analyser, les « entendre ». Comme tout discours, nous concevons nos propres discours comme contingents et pris dans la circulation des discours, entretenant des rapports avec du déjà-dit. L’intérêt réside dans le fait qu’ils ont été élaborés à la fois dans leur confrontation à d’autres textes visant le même objectif (la compréhension du dire en société), mais aussi dans une « circulation intérieure » si l’on peut dire, puisqu’ils émergent d’un dialogisme intense entre plusieurs personnes, les quatre auteur·e·s de ce livre.

En proposant une sociolinguistique politique, nous postulons donc ensemble un certain type de directions à prendre en sociolinguistique. La première concerne la position du chercheur, son engagement et son refus d’une approche positiviste qui pourrait en faire un détenteur de vérité et donc de savoir-pouvoir. Le chercheur, à partir du moment où il rend compte des paroles d’autres sujets, est tout entier imprégné de catégories qui lui sont propres, de savoirs antérieurs, d’une socialisation particulière, mais aussi d’un inconscient : autant d’éléments difficiles à prendre en compte dans l’analyse mais dont il convient de reconnaître le rôle au sein des pratiques. La subjectivité du chercheur, un thème maintenant largement débattu en sciences humaines et sociales, est inhérente à toute analyse et si nous tendons, par le biais de méthodes scientifiques à rendre nos analyses pertinentes, le chercheur ne peut se cacher derrière une supposée objectivité ou neutralité de principe.

Comment faire de la subjectivité un élément central de l’analyse interprétative ? Celle-ci ne doit pas être seulement évoquée comme principe mais doit faire partie intégrante de la description des données de la recherche, puisque les manières de recueillir les données ont une incidence immédiate sur les résultats d’analyse. L’intérêt de la co-construction de la recherche à travers, par exemple, les productions artistiques (comme les films, les expositions photographiques, les ouvrages collectifs, etc.) est abordé en lien avec l’approche politique qui est la nôtre. Celle-ci ne suppose nullement d’effacer tout rapport de pouvoir, mais permet au contraire de comprendre la productivité des rapports de forces. Enfin, les interprétations que nous proposons de mener (qui renvoient à une seconde étape d’élaboration interprétative) doivent porter une attention particulière à la fois aux interlocutions, discours et récits (toutes productions vocales enregistrées, et non enregistrées comme les carnets de terrain), et aux productions non verbales (signes, mimiques, gestes, positionnements et mouvements des corps, emplacements, etc.), afin d’établir des analyses à trois niveaux : interlocutif, stylistique et discursif.

La dimension politique que nous sollicitons à travers une telle sociolinguistique concerne en particulier le rôle de la recherche dans la société et la position des chercheurs face aux acteurs sociaux dans leur pluralité : il s’agit, dans le prolongement de la position d’engagement défendue par la sociolinguistique critique, de poursuivre notre recherche sans pour autant n’alimenter que la « bulle » des chercheurs bien souvent en rupture avec la société – bulle qui s’impose malheureusement trop souvent comme la seule norme académique. Nous voulons au contraire problématiser les questions politiques en lien au langage (et elles sont nombreuses) pour impliquer la recherche dans le politique, en relation à l’histoire des sociétés que nous construisons, ici et maintenant. Il s’agit de faire le choix de travailler sur des questions sociolinguistiques qui se posent de manière brûlante dans la société, en y apportant une réflexion à mettre en débat dans toute situation sociale et non seulement dans les colloques ou les articles scientifiques.

Que veut dire « prendre position » ? Il ne s’agit pas de se faire les avocats de tel ou tel groupe, encore moins de défendre telle ou telle communauté au nom de sa différence ainsi que le font encore un certain nombre de linguistes à l’endroit de supposées « langues en danger » par exemple. Il ne s’agit pas d’entrer en politique en vertu d’une aperception de l’opinion (la politique). Il s’agit de se saisir des questions sociolinguistiques qui requièrent des analyses argumentées, fruit d’un long travail anthropographique afin d’engager un débat d’idées. Par exemple, les inégalités sociales construites à partir des pratiques langagières, l’instrumentalisation politique et économique des langues, les conceptions identitaires/religieuses/prescriptives du langage, la construction de catégories, les processus de hiérarchisation de la parole dans telle ou telle situation, l’appréhension des manières de parler ou de la prétendue qualité des langues, les jugements de valeur portés sur les pratiques langagières, les supposés liens entre langue et identité, etc., sont autant de phénomènes qui conduisent à des actions de gouvernementalité (Foucault) ou encore de police, selon le terme de Rancière, que nous devons soumettre à la critique.

Si ces questions ont été souvent prises à bras-le-corps, notamment dans le cadre éducatif et scolaire, par quelques chercheurs, nous lançons dans cet ouvrage le double défi de construire un programme sociolinguistique articulant des domaines souvent dissociés (interlocutif – à la fois interactionnel et conversationnel –, discursif et stylistique) tout en les abordant à travers un dialogue entre la théorie sociale, issue des travaux de Bourdieu, et la théorie critique, issue de ceux de Foucault.

Dans ce cadre, il nous sera impossible de concevoir la construction du sens uniquement dans l’action sociale, dans la pratique, au sens de Bourdieu, dont la plupart des travaux ne proposent que trop peu d’analyses concrètes de la matérialité langagière. Si les mécanismes décrits par Bourdieu sont sans conteste déterminants, l’anthropologie linguistique américaine, notamment celle de Chicago, propose une autre manière de concevoir les processus sociaux de la construction du sens. Loin de l’objet transparent des sociologues, le langage, pour Silverstein notamment, s’inscrit dans de multiples processus réflexifs indissociables des espaces culturels et symboliques qu’il reconstruit sans cesse. L’analyse des formes langagières dans leur matérialité, en ce sens, nous paraît indispensable afin de montrer que la réflexivité des locuteurs ne cesse de travailler les relations de pouvoir. Notre objectif (commun à de nombreux chercheurs) serait de concevoir la construction du sens comme résultant d’un double processus, à la fois sémiotique et pratique.

Vaste programme, nous vous remercions pour l’intérêt que vous porterez à cet ouvrage ! Vous êtes les bienvenus aux séminaires qui continueront à alimenter cette réflexion.

Cécile Canut, Felix Danos, Manon Him-Aquilli, Caroline Panis


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.