TRAVAIL FORCÉ ET CONTRÔLE DES NAISSANCES DANS LA CONCEPTION DU PIRE ? PERSPECTIVES DE RÉPRESSION POLITIQUE DES ROMS EN BULGARIE.

Gueorgui Jetchev, Cécile Canut,

université buissonnière

Le 6 janvier 2019, Krassimir Karakachanov, vice-Premier ministre responsable des ministères de la Sécurité de l’État et de la Défense au sein du gouvernement de Boyko Borisov (Borisov 3), a présenté un texte sur les réseaux sociaux intitulé Conception pour des changements dans la politique d’intégration de l’ethnie tsigane (rom) en république de Bulgarie et les mesures pour sa mise en œuvre[1] afin qu’il aboutisse à une ou plusieurs lois dont il affirme qu’elles sont censées résoudre une fois pour toutes la question des Roms en Bulgarie.

D’emblée le choix officiel du mot Rom est refusé dans l’usage, puisque l’auteur nomme systématiquement les personnes visées par sa Conception, “Tsiganes” (циганите), terme contesté pour ses connotations négatives, en daignant uniquement mettre le terme “Rom” entre parenthèses pour éviter d’être sanctionné. Dans cette même veine, un ensemble de modalités discursives constituent ce texte ayant pour but de décrire des pratiques et des faits afin d’engager des actions contre une partie des citoyens bulgares visés. Objets d’une politique ethnicisante et raciste contraire au principe républicain d’égalité des droits, les Roms sont donc spécifiquement nommés et visés par un projet politique qui n’a été, pour le moment, contesté par aucun membre du gouvernement (majoritairement GERB, soit du centre droit), mais qui ne cesse de faire la une des médias. Les effets du dénigrement et de la criminalisation sont clairs : il s’agit d’assujettir les Roms afin de les faire travailler gratuitement.

            Contrairement à bien d’autres discours déjà analysés (Canut, Jechev, Stefanova Nikolova 2016), ce texte marque une rupture dans le paysage politique bulgare : pour la première fois on assiste au passage de la haine ordinaire (inscrite sur les murs ou proférée sur les réseaux sociaux) à la volonté de la mise en œuvre politique de la discrimination des Roms. Pour la première fois, un programme de répression vient dicter les actions à réaliser au sommet de l’État, soit une politique de persécution qui ne cache plus son objectif : transformer les Roms pour qu’ils cessent d’être Roms ou bien les faire disparaître. Parce que tout a été tenté, parce que rien n’a pu réussir, ce texte se présente comme celui de la dernière chance, celui de la fermeté pour « civiliser » ces Roms « a-sociaux » que des millions de levas d’aide extérieure n’ont pas permis de « redresser ».

            Par quels processus discursifs et énonciatifs est mise en œuvre cette politique coercitive au sein d’un texte posté sur FaceBook d’environ 48 000 signes ? Que nous dit ce dernier de l’évolution de la politique bulgare vis-à-vis d’une minorité dénigrée régulièrement par l’État ? C’est à ces questions que va tenter de répondre notre analyse afin de montrer qu’un nouveau cap est franchi au sein de la politique bulgare, depuis que l’extrême droite a fait son entrée au gouvernement.

1.    Quand les élections approchent, les boucs émissaires reviennent…

Avant toute analyse du texte lui-même visant spécifiquement « l’ethnie Rom », il importe de contextualiser la mise en scène et la divulgation de ce document nommé Conception (renommé parfois Conception contre la tsiganisation dans les médias) qui, comme à chaque fois, émerge juste avant une période électorale. Afin d’éviter que la population ne se focalise sur des questions sociales et notamment sur la corruption généralisée des dirigeants dans le pays, il convient pour eux d’adopter stratégiquement la technique de diversion, soit d’imputer tous les maux du pays aux Roms. À chaque élection, les Roms deviennent donc le sujet de prédilection des politiques, en attente du moindre fait divers qui sera instrumentalisé.

C’est exactement ce qui s’est passé cette année encore alors qu’un incident est survenu le 6 janvier 2019 dans le village de Voivodinovo aux environs de Plovdiv. Un soldat bulgare (un fusilier commando) s’est fait frapper par deux Roms croisés sur la route après leur avoir reproché de gêner le passage de sa voiture. Karakachanov s’est rendu sur les lieux dès le lendemain en tant que ministre de la Défense et y a tenu des propos agressifs à l’égard des Roms (« циганите в България станаха изключително нагли », « Les Tsiganes en Bulgarie sont devenus particulièrement impertinents ») lors d’un reportage en direct retransmis par toutes les chaînes de télévision. Il a déclaré à ce moment que la situation devenait insupportable et qu’il envisageait de déposer un plan d’action en Conseil des ministres. Dans ce reportage, il a parlé au nom de la « société bulgare » en déclarant que la tolérance de cette dernière est désormais épuisée (« търпимостта на българското общество се изчерпва ») alors que les agents de police deviennent « eux aussi souvent victimes des Tsiganes déchaînés » (« развилнелите се цигани »).

Quelques jours plus tard, il a publié le texte de la Conception sur sa page Facebook avant de le mettre sur le site internet de son parti[2] dans la rubrique La question tsigane (Циганският въпрос). Il a fait ensuite le tour des plateaux de télévision pour expliquer son texte et le promouvoir. Dans ce travail de médiatisation il a été assisté par des élus de son parti comme Alexandre Sidi[3], député à l’Assemblée nationale, par exemple dans l’émission Denyat na jivo sur Kanal 3 le 12 février 2019.

Nous reviendrons sur les liens entre média et politique ainsi que nous les avons étudiés dans une étude antérieure (Canut, Jetchev, Stefanova Nikolova 2016). Ce nouvel épisode coercitif envers les Roms marque une étape supplémentaire dans le durcissement des discriminations d’une minorité pour laquelle des mesures spéciales sont, pour la première fois, clairement envisagées par un membre de l’État. Si l’on retrouve toutes les anciennes récriminations faites aux Roms dans les discours publics antérieurs, les propositions envisagées pour y remédier sont insérées dans un modèle néo-libéral visant surtout les plus démunis afin d’utiliser leur force de travail tout en les contrôlant au maximum.

2.    la compétition des ultra-nationalistes entrés au gouvernement

Les textes visant à contrôler (sous prétexte d’intégrer, nous allons y venir) les Roms en Bulgarie sont de plus en plus précis et concrets.

Conférence de presse de Krassimir Karakachanov au conseil des ministres

À l’époque communiste (1944-1989) la politique ethnique conçue et menée par le Bureau politique du Comité central du Parti communiste bulgare prévoyait des mesures d’assimilation orientées principalement vers les Roms de confession musulmane (Stoyanova 2017 :75). Ces derniers ont été la cible de deux campagnes de changement de leurs noms et prénoms d’origine arabo-turque par des noms slaves : au début des années 1960 et dans la période 1980-1984 (qui précédait la campagne, d’une ampleur beaucoup plus large, menée contre la minorité turcophone dans la deuxième moitié des années 1980 connue sous le nom de Vazroditelen proces[4]). L’État communiste a lutté contre différentes pratiques des Roms : le nomadisme, l’artisanat traditionnel, la justice traditionnelle (meshare), la vente des jeunes mariées, etc. Ces mesures ont été accompagnées par la promesse de leur garantir un travail stable et une éducation obligatoire. Cette politique a visé à effacer les marques orientales et turques dans le quotidien des musulmans bulgares en général.

Depuis la chute du régime communisme totalitaire, de nombreux plans d’action et de programmes cadres visent explicitement la population rom. Le premier texte[5] date du 22 avril 1999, conçu et élaboré depuis 1997. Une structure institutionnelle[6] est censée s’occuper des questions ethniques au gouvernement. Toutefois, très décriée[7], celle-ci ne semble avoir aucune visibilité ni pouvoir.

Ainsi, s’ils ont toujours plus ou moins existé, ces projets de décrets et de lois se font de plus en plus incisifs depuis l’avènement des ultra-nationalistes dans l’espace public à la fin des années 90, puis au pouvoir depuis quelques années seulement. Si la tendance générale des Bulgares issus des classes éduquées est de minimiser leur portée, l’étude précise de ces textes montre combien les formes (discursives, énonciatives et lexicales) sont de plus en plus travaillées. Leur affinement d’année en année et les stratégies qui les encadrent nous conduisent à les prendre réellement au sérieux étant donné la facilité avec laquelle ils pourraient être maintenant appliqués d’un jour à l’autre.

Concrètement, si nous revenons au texte qui nous occupe : dans quel cadre politique ce document a-t-il émergé ? Que se passe-t-il entre Krassimir Karakachanov et Valeri Simeonov, les deux leaders ultra-nationalistes à propos de la politique rom ?

Krassimir Karakachanov  est devenu vice-Premier ministre le 4 mai 2017 dans le gouvernement de Boyko Borisov (son 3e mandat) parce que son parti, le VMRO-BND [8] (Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne-Mouvement national bulgare) a réussi à former une coalition avec deux autres partis ultra-nationalistes (associés à une extrême droite nationaliste et anti-européenne) pour entrer au parlement alors que le parti de Borisov (GERB, Citoyens pour le Développement Européen de la Bulgarie) qui avait remporté les élections était contraint de s’allier à un partenaire pour atteindre la majorité parlementaire. C’est ainsi qu’est née la coalition dite “patriotique” que les analystes politiques appellent la “petite coalition” dans le cadre de la “grande coalition” avec GERB. Dans l’assemblée précédente (2014-2017), ce rôle de partenaire nécessaire de GERB avait été rempli par une autre coalition qui, elle, représentait la droite et le centre-droit démocratique et pro-européen (Le Bloc Réformateur Reformatorski blok). L’entrée des ultra-nationalistes au gouvernement s’est faite donc pour la première fois en 2017. Il s’est agi d’une entrée en force avec deux vices-Premiers ministres : Karakachanov et Simeonov, chef du parti NFSB (Front national pour le salut de la Bulgarie), sachant que Valeri Simeonov et Volen Siderov ont été les deux fondateurs du parti Ataka dès 2005.

En tant que ministre sans portefeuille, Valeri Simeonov était tout de même responsable des ministères sociaux et entre autres de la politique gouvernementale sur les questions ethniques et démographiques : il présidait le Conseil national sur les questions ethniques où sont représentées, par différentes ONG, les minorités en Bulgarie. Ce dernier a toutefois été contraint à démissionner de son poste le 16 novembre 2018, après 26 jours de manifestations contre lui, à cause de la mauvaise gestion de l’affaire des mères d’enfants handicapés, affaire pendant laquelle il a, à plusieurs reprises, insulté les mères révoltées et a fini par les accuser de sortir dans la rue leurs enfants selon lui “faussement” malades, ce qui lui a valu de démissionner. 

Quoi qu’il arrive, une concurrence s’est instaurée entre Karakachanov et Simeonov pour savoir lequel des deux serait le plus radical dans son nationalisme et le plus ferme dans sa politique contre les Roms. Dans le programme de son parti pour les législatives de 2013, Simeonov avait inclus un chapitre “Attitude à l’égard des ethnies” (chapitre VII) dans lequel il prônait “la tolérance zéro” dans les cas où des représentants des ethnies refuseraient de s’intégrer. Ses propos anti-Roms à différentes reprises (notamment en décembre 2014) alors qu’il était président du groupe parlementaire de la coalition Front patriotique (VMRO-NFSB) avaient également pris à partie les femmes roms assimilées à des « chiennes de rue » (voir notre ouvrage à ce propos, Canut, Jetchev, Stefanova Nikolova 2016). Il vient tout juste d’être acquité par la cours suprême.

3.    les variantes d’une même trame ?

Si nous comparons le texte qui nous intéresse aujourd’hui avec le programme de Valeri Simeonov[9] en 2013 (НФСБ предизборна програма), on peut repérer de nombreux points communs, déjà évoqués dans notre précédent ouvrage (Canut, Jetchev, Stefanova Nikolova 2016) comme les accusations de vol, de mauvais comportements (« mauvaises habitudes »), de fraudes, ou les « refus des devoirs élémentaires » tels que le paiement du foncier, des infrastructures sociales, etc.

Trois arguments semblent toutefois de plus en plus saillants dans les discours : le « remplacement » démographique de la population bulgare par les Roms, la concentration des Roms dans les ghettos et les « mauvaises traditions » de ces derniers.

Le premier point commun (d’ailleurs présent partout en Europe), vise à dé-nationaliser certaines populations nées sur le sol des pays en question depuis parfois plusieurs générations (les Magrébins par exemple en France) mais dont les ancêtres seraient venus d’ailleurs. Dans la partie III du programme du Front national pour le salut de la Bulgarie,on trouve déjà cette idéologie ultra-nationaliste blanche qui vise à faire cesser la natalité des Bulgares roms pour éviter une supposée hémorragie démographique, parce que les Bulgares non roms ne feraient presque plus d’enfants ou bien fuiraient à l’étranger. D’après le НФСБ, « il est nécessaire et urgent de constituer un programme démographique. Sa tâche principale devrait être de sauver la nation bulgare de l’extinction »[10]. Comme dans ce précédent texte, la Conception de Karakachanov fait mention de la Bulgarie comme d’un État dont les Roms devraient être exclus. Pour cela, il remonte à une supposée période antérieure qui visait à encourager les naissances, dont les Romni auraient profité :

« Par exemple, suite à l’adoption du décret de 1968 visant à encourager la natalité, beaucoup de femmes tsiganes passent la quasi-totalité de leur temps de travail à alterner des congés de maternité avec des congés parentaux. Par conséquent, le nombre des personnes de cette ethnie s’accroît considérablement. » (69-73)

D’une part les femmes roms n’ont pas attendu ce décret pour faire le nombre d’enfants qui leur plaît, d’autre part, l’allusion à la perte de temps de travail liée à une maternité indique clairement la position antiféministe de l’auteur qui n’hésite donc pas à dénoncer la maternité comme un manque à gagner.

Le second point commun concerne les traditions et les coutumes roms vues comme des habitudes néfastes qui empêcheraient le « développement du pays ». Selon le НФСБ, « les ethnies ne peuvent pas créer leurs propres lois et règles de conduite, y compris au sein des familles, contrairement aux valeurs nationales, historiques et morales traditionnelles de la Bulgarie, dont est dépositaire la population bulgare autochtone [11]».

Le même flou réside dans la Conception :

« Les Tsiganes (Roms) suivent un modèle civilisationnel oriental (non européen) qui se caractérise par un fort conservatisme, par des traditions et coutumes datant de plusieurs siècles. » (63-66)

« Orientaux » contre « autochtones », le partage est tracé sans qu’aucun exemple tangible ne soit produit : tout est fait ici pour défaire les Roms de la nationalité bulgare et les renvoyer à un ailleurs lointain non européen. Tout est fait pour mettre en avant leur altérité supposément irréductible, quand bien même il est impossible de les tenir à l’écart de la société. Il s’agit ici de caractériser les Roms par des pratiques culturelles supposées spécifiques et coupées de la nation bulgare alors que les observations montrent au contraire une grande perméabilité des pratiques et aucune spécificité qui entraverait en quoi que ce soit le droit commun (nous y reviendrons). On constate au contraire des revendications nationalistes (et des pratiques culturelles comme le lazaruvane et le survakane[12]) souvent plus fortes chez les Roms que chez les non-Roms.

Le dernier point saillant concerne la structure des « ghettos », soit les grands quartiers où ont été relégués de nombreux Roms démunis, parfois enceints d’un mur tout du long[13], devenus la véritable obsession des politiciens. Déjà en 2013, « la НФСБ envisag[eait] la suppression de toutes les structures illégales dans les ghettos tsiganes et la création avec le minimum de moyens de petites localités en dehors des grandes localités sur des terrains vagues appartenant à l’État (fourgons), pourvues du minimum de commodités nécessaires : électricité, eau, sanitaires, salle de bain. Une présence policière 24h/24 ainsi que le respect des normes environnementales et sanitaires (étant jugés) nécessaires »[14].

La volonté d’une suppression des ghettos, ou de leur mise à l’écart sous surveillance policière, qui correspond ni plus ni moins à la mise en place de lieux de concentration, est l’objet de propositions : la destruction des quartiers engendrerait un chaos sans précédent, les responsables politiques le savent. Pour cette raison, Karakachanov propose une solution un peu différente de celle de Simeonov. Il propose que l’État achète des « logements individuels situés dans des zones rurales ou leur mise à disposition contre l’obligation d’acquisition à titre onéreux dans un délai déterminé », et l’« installation dans la même région ou dans une autre localité peuplée de familles de la communauté tsigane (rom) nouvellement créées » (468-471). Le déplacement forcé n’est plus ici synonyme de camp de concentration, l’idée étant de déplacer les familles dans les villages, ce qui permettrait de rentabiliser le parc immobilier en voie d’abandon dans les campagnes.

Nul besoin de continuer à aligner les exemples d’intertextualité entre le programme de Simeonov et le projet de décret de Karakachanov (au point que Valeri Simeonov a souligné lui-même que Karakachanov s’était inspiré de son programme et en réclame la paternité). Ces éléments, essentiels à la contextualisation de ce nouveau texte, ne suffisent toutefois pas à saisir l’évolution des dispositifs imaginés par Karakachanov et son équipe pour faire disparaître les Roms de la Bulgarie en tant que minorité.

Avant tout, soulignons que le genre discursif est ici décisif pour comprendre ce qui est dit des Roms : l’emprunt au genre bureaucratique (entre la catégorie administrative et juridique) de ce texte, qui doit se transformer en lois ou décrets, instaure une tout autre perception de la politique de discrimination envisagée jusqu’à présent et d’une certaine manière la banalise. Au-delà du constat de racisme sans cesse réitéré et de propositions considérées comme des élucubrations d’extrême droite, le projet de décret écrit par un membre du gouvernement comme un texte programmatique applicable sans délai prend une force performative immédiate. Composé d’une série d’affirmations et de résolutions précises, ce texte offre au lecteur, pour la première fois, la perception d’un réel et d’une mise en œuvre imminente de ces mesures.

L’aspect bureaucratique du texte est renforcé par le champ lexical de l’innovation : ainsi certains termes comme « changement » (utilisé 10 fois), « efficacité » (2 fois), « mécanismes » (5 fois), « conception » (12 fois), sont fortement répétés. Une vision positiviste propose un remède unique pouvant avec certitude guérir l’État. Ce «changement » consiste en une nouvelle organisation dont l’alibi repose sur le « coût-bénéfice » et la quête permanente de l’efficacité. Selon l’auteur du texte, la politique actuelle envers les Roms est non seulement non rentable, mais plus encore injuste puisque les représentants de cette communauté sont les bénéficiaires de financements étatiques spécifiques.

On observe qu’un lien est inventé entre la situation aggravée de la Bulgarie et l’affirmation que le processus d’intégration des Roms est un échec :

« À cette fin, de nombreux projets ont été mis en œuvre avec différentes sources de financement, mais dans les faits on ne constate pas de résultats visibles d’une réelle intégration. » (84-88).

La dimension bureaucratique et potentiellement juridique est particulièrement exposée dans le dernier chapitre (VI. Conclusion), puisqu’il est proposé de prendre des dispositions législatives et de parvenir, grâce à ce texte, à des solutions concernant la totalité des problèmes visés :

« Les mesures prévues par la présente Conception seront transposées par les autorités compétentes dans tous les documents stratégiques sur lesquels est fondée la politique de l’État dans le domaine respectif » (604-609). 

Que ce texte soit appliqué demain ou dans cinq ans n’est pas la question : ce texte ressortit dans sa forme même à une puissance d’agir qui favorise, encore davantage, au sein de la population bulgare, l’activation de pulsions ouvertement racistes qui risquent de s’envenimer et de se généraliser. En effet, nous allons tenter de montrer comment ce texte entérine une discrimination exacerbée comme jamais en Bulgarie, dont les conséquences risquent d’être dramatiques. Les récentes violences à Gabrovo le confirment[15].

Maison brûlée de familles roms de Gabrovo (photo CNN https://edition.cnn.com/interactive/2019/05/world/roma-bulgaria-violence-eu-elections-cnnphotos/)

4.    La réinvention de l’histoire pour la dénationalisation des Bulgares roms  

Dès le premier chapitre, intitulé « Fondements de la nécessité des changements de la politique d’intégration de l’ethnie tsigane (rom) », et particulièrement dans le premier sous-chapitre « Facteurs internes », la stratégie discursive mise en avant vise à contextualiser le « séjour » (Пребиваването) des Bulgares roms sur le territoire national à travers quelques éléments dits historiques : arrivée des Roms pendant l’Empire ottoman, usage de différentes langues, pratique de religions différentes, sédentarisation dans les années 50-60, création des ghettos, modification de la nationalité (passage par la nationalité turque avant la nationalité bulgare), etc. Ces quelques éléments chronologiques, tous erronés, n’ont d’autre objectif que de consacrer la notion de « séjour » (Пребиваването) qui indique d’emblée l’optique visée : les Roms sont passés par là mais doivent repartir après ce « séjour », ou bien être à ce point assimilés qu’on ne les reconnaît plus. La réécriture de l’histoire qui s’ensuit produit un effet immédiat de non-légitimité des Roms à demeurer sur le territoire national. Ajouté au choix lexical explicite (« séjour »), cet effet est renforcé par plusieurs types de processus discursifs : l’euphémisation des acteurs des différentes événements décrits, le brouillage des périodes et des temporalités, ou encore l’emploi de multiples formes impersonnelles qui consacrent les réalités décrites comme des états de fait indiscutables. Cette irréfutabilité des faits en discours est en outre concrétisée par le genre bureaucratique composé notamment par des séries d’énoncés affirmatifs sous forme de listes nominales — répertoriant, consignant et recensant de supposées réalités —, au sein desquelles de multiples présupposés vont être avancés :

  • Décisions d’arrêter leur nomadisme…
  • Modification de la nationalité…
  • Suppression de la « case nationalité » dans…

Sur la réinvention historique (en général et pas seulement à propos des Roms) par les « Patriotes », un article d’Alexander Kiossev[16] indique comment une série de « mythologies racistes et xénophobes » sont à l’origine de cette manipulation. Selon cet auteur, « le récit historique qu’ils diffusent est extrêmement simpliste, fait d’héroïsation et d’auto-victimisation dépassées par le temps[17] ».

La Conception est rythmée par cette victimisation des Bulgares non roms qui seraient sans cesse la cible de la violence, de l’indigence, de la criminalité, de la saleté, de l’analphabétisme, de la surnatalité, du terrorisme des Roms venus d’ailleurs.

La question de la dénationalisation est réellement au cœur de ce texte : renvoyer les Roms à une supposée citoyenneté « ottomane », qui n’existe plus depuis un siècle, c’est tenter de les expulser hors de l’Europe alors qu’on sait bien, les historiens l’ont montré, que les Roms y sont présents depuis le XIVe siècle (Barany 2002, Donald Kenrick et Gratton Puxon 1970). Affirmer en outre que les Roms se seraient enregistrés en tant que Turcs pour fuir en Turquie lors de la « grande excursion » est une autre manipulation stratégique. Si une petite partie des Tursksi tsigani, qui se déclarent « Turcs », ont en effet participé à cet exode, l’ensemble des familles roms (et notamment orthodoxes ou chrétiennes) sont restées dans leur pays, la Bulgarie.

Nous nous en tiendrons à cet exemple parmi d’autres, étant donné que toute cette partie historique repose uniquement sur une falsification des faits établis consacrant un roman national réduit à l’opposition de populations antagonistes quand, au contraire, on sait combien la perméabilité entre les groupes (Tomova 1995 :9) jusqu’à la chute du communisme parvenait à être maintenue[18], même si les Roms faisaient déjà l’objet d’une discrimination. Cette discrimination n’a toutefois jamais été constituée par l’État[19], à la différence de ce qui se passe depuis les années 90 où les Roms, dans le grand élan vers un capitalisme sauvage, sont devenus les boucs émissaires et la cible privilégiée des responsables politiques désireux d’occulter la corruption généralisée du pays dont les conséquences sont dramatiques pour tout le peuple bulgare. Ainsi que le rappelle Ilona Tomova :

« Communities which at various times have been seen as “the main threat” or “a true ally” in solving complex national issues have changed. In the past the Roma have never been seen as “the main threat” to Bulgarian national interests, probably because they do not have a state of their own. Attitudes to them have varied from good-neighbourly and economic links, through reservation and neglect, to downright rejection » (Tomova, 1995:8).

Un manifestant à Gabrovo (photo CNN https://edition.cnn.com/interactive/2019/05/world/roma-bulgaria-violence-eu-elections-cnnphotos/)

5.    Les pauvres roms et les autres… l’intersection de la race et de la classe

Une des nouveautés dans la Conception réside dans la division opérée au sein du groupe par la caractérisation variable de celui-ci. Tantôt groupe social, tantôt groupe ethnico-culturel, il n’est toutefois jamais « minorité », puisque le vocabulaire des droits de l’homme et du citoyen tout comme celui de l’Union européenne sont soigneusement évités.

Alors que les Roms sont visés dans leur globalité et nommés « Tsiganes », trois dénominations homogénéisantes sont répétées : « ethnie tsigane (rom) » (reprise 8 fois et affichée dans le titre), « population tsigane (rom) » (écrit 8 fois), « communauté tsigane (rom) » (répété 10 fois). Ainsi, conformément aux discours antérieurs, c’est bien la catégorie « tsigane » en tant qu’elle est spécifique au sein de la nation bulgare qui est affirmée.

D’un autre côté, une sous-catégorisation surgit dès le départ, instituant une distinction au sein de cette population globale par le biais d’une restriction : « Tsiganes (Roms) non socialisés » (dès la ligne 12), « des personnes non socialisées représentant une part non négligeable de l’ethnie tsigane (rom) » (170-172), « la partie non socialisée des citoyens bulgares issue de l’ethnie tsigane (rom) » (201-211), « cette partie de la communauté tsigane (rom) qui n’est pas socialisée » (252-254), « de logements destinés aux personnes socialement défavorisées » (478-479), « cette partie des personnes d’origine tsigane (rom) qui sont restées non socialisées » (576-577).

À un seul moment, presque à la toute fin du texte, il est précisé que les autres personnes (donc celle de l’autre groupe tsigane !) sont « honnêtes » et « éduquées », dans une proposition secondaire :

« 1.6.6. Association de personnes honnêtes et éduquées issues de la communauté tsigane (rom) aux actions de maintien de l’ordre public » (507-510)

Ainsi, en les divisant, il appartiendrait en plus de les hiérarchiser pour les utiliser les uns contre les autres. Ces autres, ceux qui sont au centre de l’attention de l’auteur, sont toujours associés à des énoncés comme : « problème que créent… », « des problèmes réellement existants », des « comportements », etc. Cette sous-catégorie ne se confond pas non plus avec celle, déjà évoquée dans d’autres textes, des « Tsiganes (Roms) islamisés » (188-189), « d’un nombre croissant de personnes issues de groupes marginalisés » (196-197). Cette sous-catégorie semble, de fait, indexer un ensemble socio-économique, soit les Roms les plus démunis relégués notamment dans les ghettos (ceux qui selon le point de vue de l’auteur refuseraient donc de s’intégrer).

Cette opération de division par la nomination pose question du fait qu’elle apparaît pour la première fois de manière aussi explicite : elle conduit avant tout à la division des Roms entre eux, selon des critères économiques et capitalistes, visant à amener les plus « intégrés » à se désolidariser des plus pauvres en jouant, par là, sur les pulsions égoïstes des individus. Ce point est crucial à un moment où sur les réseaux sociaux fleurissent des témoignages de Roms montrant leur diplôme, valorisant leur profession argumentant ainsi qu’on peut être Rom et éduqué, diplômé, docteur ou avocat. S’ils le font avec l’objectif de revendiquer leur appartenance à la communauté Rom et de dénoncer les médias et les politiques qui ne parlent jamais de ceux qui réussissent, Karakachanov dans sa Conception instrumentalise cette différence pour la pervertir et la transformer en hiérarchie concurrentielle. Il y a donc ceux qui réussissent, qui ont la volonté et les autres, les « a-sociaux », responsables de leur sort et de leur manquement, culpabilisés de manière définitive. Pour ceux-là, aucune pitié : l’esclavage ne saurait être réprouvé dès lors qu’il est inscrit dans un lien de cause à effet.

En reprenant ce discours (classique) de division sur fond de mérite, l’auteur cherche à entraîner une désolidarisation entre les groupes sociaux. Mise en œuvre par l’exacerbation du capitalisme sauvage, cette division est en fait déjà à l’œuvre dans les quartiers où la solidarité exemplaire des années précédant la chute du communisme est déclinante aujourd’hui (voir l’ouvrage de Stefka Stefanova Nikolova, 2010).

S’il n’est jamais rien dit de positif de ceux qui, par opposition, seraient « socialisés », donc « intégrés », c’est que la confusion se poursuit dans tout le texte. Le discours s’adresse donc à la fois aux Roms bulgares supposément « éduqués » — afin de renforcer une rupture de classe (« Vous n’êtes pas ces moins que rien que nous devons contrôler ») — ainsi qu’aux Bulgares non roms afin de conforter leur racisme (« Les Roms sont tous des moins que rien que nous allons contrôler »).  

En jouant sur les deux tableaux, ce double langage opère un tour de force, et se transforme en injonction paradoxale pour les Roms des classes moyennes qui, quoi qu’il arrive, resteront toujours des Roms, ils le savent.

Sur la place de Nadezhda, Sliven (photo © Cécile Canut)

6.    les présupposés… ou comment détourner les faits pour disqualifier les Roms

Les procédés discursifs les plus récurrents et les plus efficients dans ce texte sont le présupposé et l’imprécision, voire la confusion. Dans le titre déjà — Conception pour des changements dans la politique d’intégration de l’ethnie tsigane (Rom) — il est supposé de manière impersonnelle que les « Tsiganes » sont une « ethnie » à « intégrer ». Si d’un côté ce présupposé est idéologiquement orienté (puisque la notion d’ethnos n’a rien à voir avec les notions communément utilisées de communauté ou de minorité), de l’autre la notion « d’intégration » recouvre le plus grand flou puisqu’elle ne sera jamais définie tout au long du texte. Les actions préconisées donneront une vague idée de ce que recouvre, pour l’auteur, ce terme : une assimilation, bien plus qu’une intégration qui, rappelons-le, implique une réciprocité.

Les présupposés prennent corps tout au long du texte au sein d’énoncés affirmatifs déclaratifs visant à décrire des faits, à poser ou résoudre des questions. Ainsi dès la première page, par exemple, l’histoire des Roms est résumée à partir d’une succession d’énumérations d’actions visant leur contrôle :

« – une décision d’arrêter leur nomadisme afin de passer à la sédentarisation. Suite à cette décision, des ghettos se sont créés dans la plupart des localités du pays et à présent ce sont notamment ces ghettos qui sont les principaux générateurs des problèmes existants – des maisons illégales, du non-paiement des factures (électricité, eau potable, etc.), de la criminalité, du faible niveau de leur culture éducative et sanitaire, du développement de structures claniques, etc. » (35-44)

Ajouté à l’emploi des formes verbales impersonnelles pour effacer totalement les responsables de la création des ghettos (« des ghettos sont créés », on ne sait pas par qui), l’auteur affirme que ces ghettos sont le lieu de construction de « maisons illégales », du « non-paiement des factures », de la « criminalité », du « développement de structures claniques », etc. Ces « faits » supposés résultent en fait de généralisations opérées à partir de faits divers ou bien d’inventions totales (on pourra se demander en effet ce qu’est une structure clanique). Parce qu’elles découlent de la proposition principale, ces généralisations deviennent irréfutables. Ainsi, bien qu’il n’ait concerné que quelques groupes, le nomadisme est présenté comme une donnée générale, essentielle, chez les Roms, au moyen d’un argumentaire qui veut ne laisser place à aucun doute et vise une réinvention de l’histoire.

Ces procédés discursifs concernent presque chaque paragraphe de la Conception qui fonctionne au sein d’une structure textuelle globale conçue de telle manière que chaque énoncé est à charge contre les Roms. À aucun moment les non-Roms sont tenus responsables de cette situation (encore moins mis en cause dans le processus de discrimination). Au contraire, mis en regard des Roms, ils sont systématiquement présentés comme victimes :

« En même temps, la situation de fait a créé chez le reste de la société bulgare la conviction que l’appartenance à la communauté tsigane (rom) ne confère que des droits à ses membres tout en les dispensant de tout devoir à accomplir » (88-93)

Ainsi, même pour parler du changement forcé des noms imposés aux musulmans pendant l’époque communiste, l’auteur écrit : « Un changement de la nationalité des Tsiganes (Roms) est réalisé… » (56) Ce terme, « réalisé », fait valoir une formalité administrative dénuée de toute dimension politique coercitive. Ce verbe d’action neutre (réaliser) indique à quel point ces formes langagières permettent la mise en parallèle de deux groupes afin de les différencier et de les hiérarchiser.

Le « on » régulièrement utilisé est de même très flou : on ne sait pas qui il concerne, par contre on comprend qui il ne concerne pas. La précision des indexicalités qu’il produit exclut systématiquement les Roms : le « on » renvoie toujours à cette majorité aux bords flous, celle des non-Roms aptes à juger du degré d’intégration des Roms :

« L’accent sur ce thème est mis à travers le prisme de la critique adressée à l’État bulgare de ne pas prendre suffisamment soin de ce groupe de citoyens bulgares, ce qui impose, selon eux, le transfert des soins au secteur non gouvernemental. À cette fin, de nombreux projets ont été mis en œuvre avec différentes sources de financement, mais dans les faits on ne constate pas de résultats visibles d’une réelle intégration » (79-88).

Ce cadre énonciatif permet d’écrire des énoncés définitifs, quoique totalement vides de sens, mais dont les termes renvoient à une supposée connaissance :

« Le problème qui se pose à leur égard est civilisationnel, ethnique et social » (63-64)

Qu’est-ce qu’un problème civilisationnel ? ethnique ? Rien n’est clair ici, excepté une seule chose : l’affirmation qu’un problème général se pose, un problème (terme répété 8 fois dans le texte) causé par les Roms et touchant les domaines les plus vastes.

De la même manière qu’ils sont instrumentalisés par la presse privée, les faits divers sont mis en avant (processus d’iconicization ou de rhématization, Irvine & Gal 2000) de manière ostensible afin d’en faire des globalisations : les heurts entre Roms et non-Roms ou bien encore la radicalisation musulmane sont présentés comme en augmentation sans qu’aucune analyse ne vienne étayer pareille affirmation :

« Les heurts dans certaines localités ne doivent pas être considérés comme des cas isolés. Leur fréquence et les circonstances dans lesquelles ils se produisent permettent de conclure que ce type de conflits locaux vont se multiplier (75-80) La sous-estimation et la sous-évaluation de ces constats auront des conséquences imprévisibles, y compris sur le plan de la sécurité nationale ». (83-86).

Une femme rom devant sa maison détruite par les autorités à Stara Zagora en juillet 2014 (tiré de l’article https://www.rferl.org/a/free-abortion-talk-no-real-surprise-to-bulgarias-roma/29782385.html)

Les accusations ici résultent donc une fois de plus d’une construction discursive où quelques faits divers « permettent de conclure » et de prévoir, afin d’annoncer finalement la menace supposée d’un danger pour la nation et l’État. Si les allégations avancées ne reposent sur rien, leur affirmation froide sans aucune modalité énonciative produit un effet immédiat de vérité.

La convocation permanente de la notion de « fait » (mot répété 9 fois dans le texte : « situation de fait », « est de fait », « dans les faits », etc.) vient renforcer les affirmations pourtant mensongères qui ne s’appuient que sur des cas particuliers montés en épingle par la presse, soudain élargis à l’ensemble de la communauté.

« Ces dernières années, il y a eu d’autres tendances inquiétantes liées à l’augmentation du nombre de Tsiganes (Roms) islamisés et à ceux qui commettent des crimes liés à la drogue, au vandalisme et à d’autres infractions. Les cas de Pazardjik, Stolipinovo, Voyvodinovo, Pleven et d’autres témoignent de ces tendances. Cette situation de fait crée un réel danger de radicalisation, y compris religieuse, d’un nombre croissant de personnes issues de groupes marginalisés, ce qui crée à son tour un réel danger pour la sécurité nationale » (187-198)

Associée à l’accumulation des noms de ville, le lexique de la menace et de la peur (« inquiétantes », « crimes », « infraction », « réel danger » répété deux fois…) vient dresser un tableau très sombre des agissements des Roms, une fois de plus catégorisés dans leur ensemble soit comme des terroristes, soit comme des criminels. Face à ces non-civilisés, l’État bulgare, lui, est décrit comme « État tolérant », qui respecte les « ethnies », et les « droits du citoyen » : les problèmes viennent donc uniquement des Roms.

Une fois ce tableau dressé, il devient donc normal, évident, de redresser ces êtres déviants. C’est dans la partie III (Objectifs des changements dans la politique) que les présupposés sont les plus évidents. La série habituelle des torts imputés aux Roms est prétexte à toute une série de propositions énoncées comme autant d’objectifs à atteindre : créer en eux des « habitudes de travail durable », réduire le nombre de « crimes commis par les représentants de la communauté tsigane (rom) », limiter « le taux de natalité marginale visant à l’obtention d’avantages sociaux », etc. La seule mesure positive qui vise les non-Roms est elle-même le fruit de leurs méfaits : « Le renforcement de la confiance de la société dans les institutions de l’État et la diminution de la peur qu’elle éprouve à cause de la criminalité tsigane (rom) » (279-283). Ainsi dissociés de la « société », les Roms sont tout désignés pour attirer sur eux la colère du peuple contre l’État. Ce procédé manipulatoire est le moyen détourné de faire venir à la conscience une réalité que les ultra-nationalistes tentent depuis des années de porter à hauteur d’évidence.

Une fois ce tableau dressé, il devient donc normal, évident, de redresser ces êtres déviants. C’est dans la partie III (Objectifs des changements dans la politique) que les présupposés sont les plus évidents. La série habituelle des torts imputés aux Roms est prétexte à toute une série de propositions énoncées comme autant d’objectifs à atteindre : créer en eux des « habitudes de travail durable », réduire le nombre de « crimes commis par les représentants de la communauté tsigane (rom) », limiter « le taux de natalité marginale visant à l’obtention d’avantages sociaux », etc. La seule mesure positive qui vise les non-Roms est elle-même le fruit de leurs méfaits :

« Le renforcement de la confiance de la société dans les institutions de l’État et la diminution de la peur qu’elle éprouve à cause de la criminalité tsigane (rom) » (279-283).

Ainsi dissociés de la « société », les Roms sont tout désignés pour attirer sur eux la colère du peuple contre l’État. Ce procédé manipulatoire est le moyen détourné de faire venir à la conscience une réalité que les ultra-nationalistes tentent depuis des années de porter à hauteur d’évidence.

L’énoncé le plus énigmatique de la Conception réside dans ce paragraphe :

« Le changement devrait être axé sur les efforts visant à garantir le respect de l’État de droit par un traitement égal de tous les citoyens bulgares, c’est-à-dire par l’élimination du problème à sa source[20]. L’efficacité du changement consistera à surmonter l’opposition entre les citoyens bulgares, provoquée par le sentiment qu’une partie des personnes d’origine tsigane (rom) en Bulgarie bénéficient d’une situation privilégiée » (216-225)

Comment comprendre : « l’élimination du problème à sa source » [littéralement : l’élimination de la genèse du problème pour lequel on cherche une solution] ? Puisque, selon l’auteur, aucune politique antérieure n’est parvenue à « intégrer » les Roms, s’agit-il d’en finir avec tout système d’explication historique, sociologique, politique ? La « genèse » correspond-elle à la tentative d’une explication par l’histoire des situations de pauvreté extrême rencontrées par certains Roms : leur rejet dans les périphéries ? l’abandon des ghettos par les services publics ? la discrimination au travail ? la discrimination quotidienne au faciès dans les magasins, dans les écoles ? la séparation des Roms et des non-Roms dans de nombreux lieux publics, dans les maternités ? La liste des récriminations serait longue, d’autant plus si on remontait à l’histoire à peine plus lointaine…

La chute du paragraphe confirme cette hypothèse. Loin d’être des victimes d’une histoire de la discrimination, les Roms « bénéficient d’une situation privilégiée » selon Karakachanov. Ce renversement avait déjà été opéré par la journaliste M. Benatova dans un reportage au sein du ghetto de Sliven dans lequel elle parlait du « confort des barbelés » (Canut, Jetchev, Stefanova Nikolova, 2016). Ainsi l’objectif est de focaliser l’attention sur les supposées « ressources financières considérables » dont les Roms auraient bénéficié par les ONG, par leur escroquerie ou encore par le profit qu’ils tirent des aides sociales, tout cela renvoyant à leur fourberie, à leur traîtrise, etc. Ces accusations sont classiques (et toutes infondées, voir nos ouvrages antérieurs à ce sujet : l’aide des ONG a notamment profité à quelques intermédiaires mais n’est jamais réellement arrivée dans les ghettos). Toutefois, dans le cadre de la Conception, elles prennent un tour caricatural. Notamment au moment où l’auteur soupçonne des personnes non-roms de se faire passer pour roms afin d’obtenir ces aides : mais alors de qui parle-t-il ? des Bulgares ? Il est plus probable ici que l’accusation porte implicitement sur les Bulgares turcs. Plus tard, les ONG seront aussi suspectées et visées par des mesures de contrôle draconiennes.

Ainsi, derrière chaque énoncé visant à une supposée amélioration à des fins d’intégration, un présupposé diffamatoire vient accuser les Roms de tous les maux. Bien entendu, la notion d’intégration, on va le comprendre devient en fait un leurre (un alibi) pour lancer un large programme « d’ensilencement » (Orlandi 1994) et d’effacement (voire d’éradication) des Roms dont le déroulement n’est pas sans faire revenir à la mémoire un passé qu’on croyait définitivement condamné.

7.    Agir : les mesures anciennes pour des questions nouvelles

The Roma neighbourhood in Sliven, called Nadejda, is one of the most notorious de facto ghettos in the country. Photo: BIRN ( site)

Le chapitre assez long des mesures pour atteindre les objectifs, soit « une approche visant à rétablir l’équilibre et la justice dans la société » (294-296), monte d’un cran dans les sous-entendus insultants visant les Roms. Les tares et les méfaits de cette « ethnie », que prétendent contrer ces fameuses mesures, n’ont jamais été si méthodiquement énoncées par un membre du gouvernement.

L’intérêt réside d’emblée dans le contrôle total de la vie publique et privée des Roms[21] entraînant donc la nécessité de les « repérer », de les « compter », de les « enregistrer », de les « suivre », de les « obliger à fréquenter les écoles dès la maternelle », de « créer des habitudes positives chez les enfants », « d’exercer une pression sur les parents » (suppression des aides, sanctions administratives…), d’appliquer toutes sortes de censures à leur égard, de « restreindre leur tradition », « d’éradiquer », « de briser », « d’empêcher », de « ne pas autoriser », et d’instaurer des « programmes spéciaux » et des mesures spéciales en matière judiciaire. Les verbes, égrenés au cours des pages, ne relèvent ici que du champ sémantique de la prescription : il convient d’assujettir, de contraindre et de condamner.  Bien qu’elles se forment déjà spontanément, des milices visant à surveiller les Roms sont évoquées par le vice-Premier ministre, dans le dernier paragraphe « Mesures nécessitant des amendements de la loi ». Plus encore, leur légalisation est même requise :  

« Réglementation relative à la création d’unités de forces volontaires auprès du ministère de l’Intérieur pour le maintien de l’ordre public et en particulier pour la protection de la vie et des biens des habitants des petites localités ». (554-558)

Une fois de plus, l’euphémisme (« unités de forces volontaires ») ne peut cacher la réalité d’un régime spécial clairement souhaité pour la mise au pas du groupe sous la houlette des non-Roms.

Si le contrôle social et individuel, notamment en matière financière (allocations, revenus, choix économiques familiaux, etc.), est réellement dominant dans les mesures envisagées, il semble que celles-ci comportent une disposition inédite : l’instauration du « Въвеждане на трудово-образователна повинност » (« Introduction d’une éducation par le travail ») ou un peu plus loin du :

«  Rétablissement des centres d’éducation et de formation par le travail dans les structures du Génie militaire[22] afin de permettre aux chômeurs de longue durée et aux analphabètes d’acquérir une profession » (359-363)  

Ce terme « Повинност » tombé en désuétude, mais réapparu soudainement dans la Conception a pour racine « вина » la culpabilité. Le premier point de définition du dictionnaire de l’Institut de la langue bulgare[23] est le suivant : повинност : задължение, което гражданин на страната е длъжен да изпълни безплатно за задоволяване на държавни или местни обществени нужди [traduction : « obligation qu’un citoyen du pays doit remplir sans rémunération pour satisfaire aux besoins de l’État ou d’une municipalité »].

Il implique donc de travailler gratuitement et fait référence à la période communiste où l’on envoyait des jeunes, et singulièrement les Roms, travailler dans les unités du génie (строителни войски) ГУСВ.

Le second point de la définition est le suivant :

« задължение на зависимия селянин във феодалната държава да полага да полага безплатен принудителен труд в полза на господаря-феодал » [traduction : « obligation du serf dans l’État féodal de fournir un travail forcé non rémunéré en faveur du maître féodal »]

La formulation laisse clairement entendre que la gratuité du travail se double de son caractère obligatoire : il s’agit bien d’un travail forcé non rémunéré (sous contrainte – принуда étant le contraire de la liberté). Certains exemples de ces expressions (comme трудова повинност) sont illustrés dans la presse des années 1950.

Il pourrait paraître étonnant de trouver sous la plume d’un dirigeant actuel une référence ancienne au régime communiste[24] visant à renouer avec une discipline militaire. Karachanov, pressé d’instaurer un service militaire pour tous, n’est pas sans attester combien cette décision est de nature à s’inscrire dans la logique néo-libérale qui imprègne l’ensemble du document. Toutes ces mesures dites « sociales » sont en fait des mesures à double caractère économique et politique : afin de réduire les dépenses de l’État, il convient de réduire drastiquement les prestations sociales et d’utiliser au maximum la force de travail des pauvres, autrement dit d’organiser un esclavage moderne. Cette mesure ne serait que l’extension d’une tendance déjà très prononcée en Bulgarie touchant tous les travailleurs dont la précarité fait qu’ils se tuent à la tâche pour des guignes et ne sont protégés par aucun syndicat.

Les critères de détection des « non socialisés », ou de ceux qui ne respecteraient pas les règles de l’inclusion, sont assez flous pour pouvoir organiser une pénalisation de presque toutes les familles. Un exemple parmi une longue liste le montre :

« Faire dépendre les prestations sociales de l’évaluation individuelle du degré de socialisation et d’alphabétisation des personnes qui en bénéficient, ce qui veut dire que le manque d’alphabétisation amènera une baisse du montant des prestations sociales » (365-369)

On peine à imaginer l’objectivité d’une telle évaluation (qui fixe le seuil de socialisation ? d’alphabétisation ?) : quels que soient les motifs évoqués dans ce texte, tout est fait pour que les critères d’appréciation puissent sans cesse être orientés, car soumis au bon vouloir du juge, de l’évaluateur, du dominant, et au détriment d’êtres d’emblée suspectés de par leur appartenance à la minorité rom d’être malhonnêtes.

Rappelons au passage que ce contrôle par le biais de la justification des revenus[25] ou des dépenses[26] conduirait évidemment au pire : au-delà du travail au noir généralisé en Bulgarie et imposé par certaines « fabrika » (usines), les revenus issus de l’étranger non pris en compte constituent pourtant un des rares moyens de survie de bien des familles (sans compter la solidarité inter-familiale lors des événements collectifs comme les mariages, les baptêmes, les bals, etc.).

L’accumulation des mesures prises pour défaire l’aide sociale est très explicite dans l’ensemble des mesures évoquées : leur caractère ultra-libéral se confirme à la fin dans la partie « suppression des ghettos » puisqu’il est envisagé de réutiliser les maisons abandonnées des villages pour loger les Roms, tout en prenant soin de les éparpiller un peu partout, soit les isoler pour mieux les terroriser, voire les éliminer en dehors de toute visibilité.

Le mur du quartier Nadezhda de Sliven (©photo Cécile Canut)

8.    Contrôler le ventre des femmes 

Le rapprochement avec des systèmes totalitaires, comme le système communiste à propos du travail obligatoire, se renforce, mais cette fois en lien avec certaines conceptions eugénistes de mauvais souvenir. Cette fois, les mesures touchent les femmes et leur liberté de procréer : il s’agit de les empêcher de faire des enfants comme elles l’entendent, mais plus encore de les inciter à ne plus procréer, aboutissant à l’expression d’un malthusianisme clairement revendiqué.

Ces mesures proviennent et tentent de répondre à des discours fortement véhiculés par les médias et les réseaux sociaux supposant que les femmes roms sont victimes d’une domination patriarcale exacerbée et ne désirent pas leurs enfants. Cette question était déjà au centre du reportage tourné à Sliven, à propos de la petite Cortesa (Canut, Jetchev, Stefanova Nikolova, 2016).

Cet argument supposément féministe instrumentalisé par les ultra-nationalistes mâles, qui ne repose sur aucune déclaration ou enquête[27], n’est en fait qu’une manière de répondre au fantasme très largement véhiculé d’un « remplacement » de la population bulgare, qui ne fait presque plus d’enfants et fuit en grande majorité à l’étranger, par la population rom qui, à l’heure actuelle, ne constituerait pourtant pas plus de 5 % de la population générale[28].

Karakachanov entend ici répondre à ce fantasme en proposant dans la troisième partie, En matière de santé, une série de mesures de régulation des naissances et de contrôle du ventre des femmes roms.

La première entend « prévenir » les grossesses des femmes trop jeunes :

« 1.3.2. Mener des politiques en matière d’éducation, de santé et d’information afin de prévenir les grossesses non désirées et de réduire le taux de natalité chez des enfants, en accordant une attention particulière aux personnes issues de la communauté tsigane (rom) » (416-421)

Une fois de plus, comme l’avait exprimé M. Benatova (« des enfants donnent naissance à des enfants »), le terme « enfant » est utilisé à la place de celui de jeune fille/jeune femme afin de choquer le lecteur (voir Canut, Danos, Him-Aquilli, Panis, 2018).

Ce sont ensuite les femmes, pourtant peu nombreuses, qui abandonnent leurs enfants dans des orphelinats, que cible le texte.

« 1.3.3. Mesures visant à réduire le taux de natalité chez des femmes qui ont abandonné deux ou plusieurs enfants dans des maisons d’enfants à caractère social, une attention particulière étant accordée à la communauté tsigane (rom) » (422-427)

À aucun moment il n’est précisé que bien des femmes se voient aussi retirer leur enfant par les services sociaux quand les conditions de leur éducation ne sont pas réunies. Il n’est pas non plus indiqué ici quelles sont les mesures à prendre pour réduire le taux de natalité, et l’on peut se demander, à la lecture de la totalité d’un document passablement coercitif, si le recours à la force n’est pas précisément envisagé.

Il est intéressant de noter qu’au sein de chacune de ces prescriptions, l’auteur précise que ces mesures sont plus spécifiquement en direction des Roms : « en accordant une attention particulière aux personnes issues de la communauté tsigane (rom) ».

Cette répétition est assez étrange dans un texte qui, dès son titre et pendant plusieurs pages auparavant, vise uniquement cette population. Nous faisons l’hypothèse ici que ces mesures sont tellement « spéciales » et non conformes aux droits de l’homme qu’un élargissement à l’ensemble des Bulgares est fallacieusement avancé pour en masquer le caractère discriminatoire. Cette ambiguïté soudaine vient notamment préparer la troisième mesure, peut-être la plus explicite dans l’optique du texte :

« 1.3.4. Élaboration et mise en œuvre d’un système de mesures financées par l’État afin de limiter volontairement le taux de natalité des femmes des communautés marginales ayant plus d’un certain nombre d’enfants, y compris une interruption de grossesse prise en charge par l’État » (428-434)

Ici, ce système de mesures visant à limiter le taux de natalité concerne les « communautés marginales », ce qui est encore une autre manière de faire semblant de ne pas viser que les femmes roms. Ainsi, l’État deviendrait, par ce texte, garant d’une politique non plus seulement discriminante vis-à-vis d’un groupe, mais activant une politique de restriction des naissances et de contrôle de la reproduction pour une partie de la population ainsi que certain régime de sinistre mémoire l’a pratiqué pendant la seconde guerre mondiale à l’encontre des handicapés, des Juifs et des Tsiganes (loi de « stérilisation eugénique » du 14 juillet 1933). En Europe, les femmes tsiganes n’ont jamais cessé d’être la cible de telles politiques dans le cadre de l’idéologie eugéniste qui persiste (Koczé, 2011). Quand on sait que dans les années 2000, en Slovaquie et en Hongrie, la stérilisation de femmes roms a été largement pratiquée et de nombreux cas dénoncés (Koczé, 2011), il n’est donc pas exagéré de redouter la généralisation de telles pratiques en vertu des mesures annoncées.

Sur la place de Nadezhda, Sliven (©photo Cécile Canut)

Conclusion

La violence verbale qui se dégage de ce texte pourrait être considérée une fois de plus commede simples paroles qui n’ont aucune importance, ainsi qu’on coutume de le laisser entendre les Bulgares non roms les plus modérés. Ces derniers se rassurent même en affirmant que Karakachanov est mêlé à de tels scandales qu’il va être évincé et que l’on en parlera plus jusqu’aux prochaines élections. Le problème ne réside pourtant pas dans ce vice-ministre, lui ou un autre : il réside dans la possibilité qu’un tel texte écrit puisse exister sur les pages du site du gouvernement[29] et circuler de plateau de télévision en plateau de télévision, de site en site, de page FaceBook en page FaceBook sans que personne ne s’insurge parmi les Bulgares non roms, parfois bien au contraire. Cette nouvelle étape n’est donc plus seulement du ressort des ultranationalistes, mais de tout un gouvernement qui s’auto-proclame pourtant pro-européen.

Alors que Karakachanov ne cesse de défendre sa Conception sur tous les plateaux de télévision depuis janvier 2019, sans être nullement contredit par un seul des membres du gouvernement ni aucun journaliste d’ailleurs, le sociologue Alexey Pamporov est un des rares à se rendre sans relâche sur les plateaux pour contrer cette proposition de loi afin d’alerter sur sa dangerosité :

« Lorsque nous avons une telle concentration de pauvreté et de faible niveau d’éducation, nous avons besoin de mesures ciblées, bien ciblées, qui ne devraient pas être répressives. La répression ne peut que créer des tensions. La répression ne peut qu’amener la guerre civile, parce qu’une personne qui n’est pas alphabétisée peut ne pas comprendre pourquoi arrive ce que vous voulez qu’il lui arrive[30]. »

En effet, cette guerre à venir est aussi le fruit des mots qui sont loin d’être sans effet sur les êtres humains en ce sens qu’ils entrent dans un processus de « brutalisation » (G. Mosse 1999). Ce processus ne laisse pas indemne, il blesse de jour en jour davantage des milliers de femmes et d’hommes qui ressentent cruellement l’humiliation qui leur est infligée. Devenu.e.s des objets de discours, deshumanisé.e.s, ils ou elles éprouvent amèrement un ressentiment grandissant que leur dignité ne pourra accepter longtemps.

Gueorgui Jetchev, Cécile Canut

Bibliographie

Barany Zoltan, 2002. The East European Gypsies: Regime Change, Marginality, and Ethnopolitics London: Cambridge University Press.

Canut Cécile, 2006. « Tsigani na sapon! Tsigani na saturn! Quelques notes à propos des discours sur les Roms en Bulgarie », Lengas, n° 60 : 205-218.

  • 2017a. « Discours épilinguistiques, imaginaire linguistique et “language ideologies”. Quelle place pour l’idéologie dans les études de sociolinguistique françaises ? », Language and Society / Langage et Société : A Paris-Chicago Dialogue of Disciplines, June 12-14, Paris.
  • 2018. “Walled by fears. Toward a political linguistic anthropology in a Gypsy ghetto (Bulgarie)”, Talk at Franke institute for the Humanities, CEERES, University of Chicago, Tuesday, April 10.
  • 2019 (to appear). “Tell me that I am not a Gypsy, damn your mother! The social and political consequences of enregisterment in Bulgaria”, Signs and Society, vol. 7, no. 3.

Canut Cécile ; Jetchev Gueorgui et Stefanova Nikolova Stefka, 2016. Mises en scène des Roms en Bulgarie, Petites manipulations médiatiques. Paris, Petra.

Canut Cécile ; Danos Felix ; Him-Aquilli Manon et Panis Caroline, 2018. Le langage, une pratique sociale. Eléments d’une sociolinguistique politique. Besançon, PUFC.

Gal Susan, 2018. “Registers in Circulation: The social Organization of Interdiscursivity”, in Signs and Society, vol. 6, n°1: consulté le 3 février 2018 : https://www.journals.uchicago.edu/doi/abs/10.1086/694551.

Ilieva Anna, Shtarbanova Anna, 2001. « Ethnologie de la danse en Bulgarie », Ethnologie française, 2001/2 (Vol. 31) : 229-237.

Irvine Judith T.; Gal, Susan, 2000. “Language ideology and linguistic differentiation”, in P. Kroskrity (ed.) Regimes of Language: Ideologies, Polities, and Identities. Santa Fe, School of American Research Press: 35-84.

Ivancheva Mariya, 2015. “From informal to illegal: social(ist) housing for Roma in Sofia”. CAS WorkingPaper Series No. 7/2015: Sofia 2015. Advanced Academia programme, a project of the Centre for Advanced Study Sofia.

Kenrick Donald et Puxon Grattan, 1972. The destiny of Europe’s Gypsies, Londre, Sussex University Press [Съдбата на циганите в Европа, traduction bulgare de 2006, Sofia, IK Stigmati].

Koczé Angéla, 2011. La stérilisation forcée des femmes roms dans l’Europe d’aujourd’hui, Cahiers du genre, n°50, 133-152

Krasteva Stela, 2014. Evangelical Christianity and Roma Communities in Post-Socialist Bulgaria, Ph.D. Dissertations, Sociology, UCLA.

Kratunkova Rositsa, 2018. “Bulgaria (not) only for Bulgarians”, in Bgnes news agency  Kremova-Orstad, Marta Ivanova, 2013. « Integrating » Bulgarian Roma — Discrepancies between Words and Deeds Experiences of Roma Mothers and Roma Social Community Workers in the Ghetto of Pazardzjik, Southwest Bulgaria, Ph.D. Dissertations, Universitet I Stavanger.

Mosse George, 1999. De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes [« Fallen soldiers : reshaping the memory of the world wars »] (trad. Edith Magyar), Paris, Hachette littératures, 1999, 291 p.

Oger Claire, 2012. « La conflictualité en discours : le recours à l’injure dans les arènes publiques », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, Consulté le 30 septembre 2016. URL : http://aad.revues.org/1297 ; DOI : 10.4000/aad.1297

Orlandi Eni 1994/1996. Les formes du silence. Dans le mouvement du sens, Paris, Éditions des Cendres.

Pamporov Alexey, 2013a. The “Invisible” Islam (Syncretic Religious Beliefs and Practices among Bulgaria’s Roma), Population, issue : 5-6: 187-206.

Pamporov Alexey and al. 2013b. Beyond anti-Roma Stereotypes: the World is not Just White and Black, Amalipe repport, Astarta, Plovidiv.

Stefanova Nikolova Stefka, 2011. La Vie d’une femme rom (tsigane), Paris, Petra.

Stoyanova Plamena, 2017. Ciganite v godinite na socialisma, Sofia, Paradigma.

Томова, Илона. Циганите в преходния период. София : Междунарароден център по проблемите на малцинствата и културните взаимодействия, 1995. [Tomova Ilona, 1995. The gypsies in the transition period, Rapport for the International Center for Minority Studies and Intercultural Relations; 1st edition, Sofia].


[1]КОНЦЕПЦИЯ ЗА ПРОМЕНИ В ПОЛИТИКАТА ЗА ИНТЕГРАЦИЯ НА ЦИГАНСКИЯ (РОМСКИЯ) ЕТНОС В РЕПУБЛИКА БЪЛГАРИЯ И МЕРКИТЕ ЗА РЕАЛИЗАЦИЯТА ИМ, voir le texte en annexe à télécharger (traduction de Gueorgui Jetchev).

[2] Avec le commentaire : – « Това написа в личната си страница във „Фейсбук“ » http://www.vmro.bg/красимир-каракачанов-концепцията-за-решаване-на-проблема-с-несоциализираните-цигански-групи-която-обещах-е-готова/

[3] http://kanal3.bg/news/comments/92895-Al.-Sidi%253A-VMRO-ne-e-nito-sreshtu-GERB%252C-nito-e-s-BSP%252C-kogato-iska-da-se-spazi-zakona-za-CIK-%2528VIDEO%2529

[4] Processus de Renaissance – appellation cynique employée par les autorités pour masquer le caractère violent de cette campagne d’assimilation qui a fini par provoquer l’exode massif des Turcs et autres musulmans vers la Turquie en 1989.

[5] Programme cadre date du 22/4//99. Протокол № 18 от 22.04.1999 г. на МС –Procès verbal du conseil des Ministres. Disponible sur le site du Conseil des Ministres http://pris.government.bg/prin/document_view.aspx?DocumentID=X9dIKgA%2bn4WeBuoIXr6PpA==

[6] НССЕДВ бе създаден в края на 1997 г. (с Постановление на Министерски съвет 449/4.12.1997) под името “Национален съвет по етническите и демографските въпроси към МС” (НСЕДВ). В края на 2004 г. (чрез ново постановление 333/10.12.2004) Съветът бе преименуван на Национален съвет за сътрудничество по етническите и демографските въпроси (НССЕДВ), като бе създадена и административна структура, обслужваща дейността му – Дирекция “Етнически и демографски въпроси” (ДЕДВ).

[7] Opinion exprimée sur le site http://amalipe.com  par les représentants du Centre de dialogue interethnique et de tolérance Amalipe (Център за междуетнически диалог и толерантност „Амалипе“)

[8] Ce parti (Mouvement National Bulgare) porte le même nom que le parti historique, dont il se veut l’héritier : Organisation Révolutionnaire Intérieure Macédonienne (Вътрешна македонска революционна организация).

[9] http://nfsb.bg/public/IZBORNA_PROGRAMA_NFSB_2013.pdf

[10] Според НФСБ е нужна спешна демографска програма. Нейна първостепенна задача трябва да стане спасяването на българската нация от изчезване

[11] Според НФСБ « етносите не могат да формират свои закони и правила на поведение, включително в семействaтa си, противоречащи на традиционните за България национални, исторически и нравствени ценности, носител накоито е коренното българско население ». 

[12] Concernant ces deux rituels voir l’article de Ilieva Anna, Shtarbanova Anna, 2001 (disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2001-2-page-229.htm ) et Canut 2019 (à paraître).

[13] Canut, Cécile. 2018. “Walled by fears. Toward a political linguistic anthropology in a Gypsy ghetto (Bulgarie)”, Talk at Franke institute for the Humanities, CEERES, University of Chicago, Tuesday, April 10.

[14] « НФСБ предвижда като начало премахването на всички незаконни постройки в циганските гета и създаването с минимални средства на отделни селища извън големите населени места в пустеещ държавен фонд (фургони), като бъдат обезпечени с минимално необходимите битови условия: ток, ел. захранване, вода, общи санитарни възли, бани. Необходимо е денонощно полицейско присъствие, както и спазването на екологичните и здравни нормативи. »

[15]https://edition.cnn.com/interactive/2019/05/world/roma-bulgaria-violence-eu-elections-cnnphotos/ ?sr=sharebar_facebook&fbclid=IwAR37VYzWL1vQRpXMoqZNus1Fe4sPTPoPsGm5GGwmu27qQIegCabHGvBr5QM

[16] https://www.dnevnik.bg/analizi/2019/03/01/3396848_prekrasno_no_shto_e_otechestvo/ paru dans le quotidien Dnevnik datant du 1er mars – qui est en fait c’est une version abrégée de sa communication dans le cadre d’un colloque à Veliko Tarnovo à l’occasion de la fête nationale, (professeur au département d’études culturelles à l’Université de Sofia).

[17] Историческият разказ, който разпространяват, е крайно елементарен, изпълнени със старомодни героизации и авто-виктимизации

[18] Par exemple, cette déclaration d’un vieux monsieur de 90 ans paraît assez incroyable : “This statement by the 90 year old grandfather Ilya Davidkov from Malogradets is typical: “It’s a sin to do wrong to a Gypsy. Not only that. It’s a sin to send him away from your house without giving him anything or talking to him. In the West, they don’t have any gypsies and so they invented indulgences. They buy paper blessed by the Pope, so God forgives their sins. But thank goodness, God sent us people here – the Gypsies. Give them something, do them some good, lay down your pride and arrogance, and the Gypsies will feel good, you’ll have done some good, and God will forgive your sins” (Tomova, 1995:9).

[19] https://sofiaglobe.com/2019/03/13/us-state-department-bulgarian-government-actions-against-human-rights-abusers-insufficient/

[20] Littéralement : « à savoir par l’élimination de la genèse du problème pour lequel on cherche une solution »

[21] On peut penser ici que les Roms sont instrumentalisés pour mettre en place un contrôle général de la population et que le sort qui leur est réservé est probablement celui qui atteindra tout citoyen non conforme aux exigences du gouvernement.

[22] Traduction littérale : Direction générale militaire du bâtiment : Възстановяване на центровете за трудово обучение и възпитание в структурата на ГУСВ, чрез които да се осигури придобиването на професия от трайно безработните и неграмотни лица (359-363)

[23]  Consultable en ligne : http://ibl.bas.bg/rbe/lang/bg/повинност/

[24] Cette pratique n’a pas été complètement oubliée : des personnes ayant vécu leur jeunesse pendant la période communiste se souviennent des longs services militaires (24 mois) qui pouvaient être prolongés de quelques mois pour assurer ces travaux publics obligatoires en cas de besoin de main d’œuvre. Cette obligation concernait spécifiquement ceux qui ne faisaient pas d’étude, on les appelait les трудоваци et les Roms étaient les plus nombreux du fait qu’ils ne faisaient pas d’études.

[25] « Fait preuve d’un niveau de vie et possède des biens qui ne correspondent pas aux revenus déclarés ».

[26] Organisation des événements publics à des occasions familiales et financement de ces événements avec des revenus non déclarés car provenant de l’étranger.

[27] Ce qui n’empêche pas d’observer ici ou là des cas de femmes regrettant d’avoir accouché trop tôt. Ceci est toutefois une tout autre question, puisque pour la plupart des femmes rencontrées au cours de nos enquêtes, les enfants sont les biens les plus sacrés et, pourtant, nombre d’entre elles se résignent, souvent pour des raisons économiques, à réduire le nombre de naissances (actuellement une vague importante de femmes s’arrêtent à deux enfants, dans le ghetto de Sliven notamment).

[28] « Лицата от ромската етническа група са разпределени териториално във всички области. Най-голям е делът на ромския етнос в област Монтана – 12.7%, и Сливен – 11.8%, следвани от Добрич – 8.8%, Ямбол – 8.5%, при общо за страната 4.9% » [traduction : « Les habitants appartenant au groupe ethnique rom sont répartis sur l’ensemble des régions. Leur part est la plus grande dans les régions Montana – 12.7% et Sliven – 11.8% suivies par Dobrich – 8.8% et Yambol – 8.5% alors que la moyenne pour le pays est de 4.9% »] in http://www.omda.bg/uploaded_files/files/articles/Census2011final.pdf.

[30] “Когато имаме такава концентрация на бедност и на ниско образование, са необходими целеви, добре насочени мерки, които не трябва да са репресивни. Репресията само ще създаде напрежение. Репресията може да доведе до гражданска война, защото човек, когато е неграмотен, може и да не разбере защо му се случва това, което вие искате да му се случи” https://www.bnr.bg/horizont/post/101098471/aleksei-pamporov-represiata-v-merkite-spramo-romite-moje-da-dovede-do-grajdanska-voina?fbclid=IwAR3BjYqtHd7ZKWmS7ppInqZD2obni3lY0K9MY28eLxHramwy7Lv5EqwqanQ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.