Is Puff Daddy a native speaker ?

« Venez à 12h30 pour le test de connaissances et l’entretien pédagogique, » m’avait-on dit au téléphone. J’avais postulé dans une entreprise de soutien scolaire pour donner des cours d’anglais. Étant donné que j’ai vécu pendant huit ans dans des pays « anglophones », je ne m’inquiétais pas trop pour le test de connaissances et mon expérience en matière de soutien scolaire me rendait confiant.
Quand j’arrivai au bureau de l’entreprise, situés au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitations dans les beaux quartiers parisiens, on m’invitait à patienter pendant que l’employé vérifiait que la personne avant moi avait bien tous les documents requis.
Mon tour venu, il vérifie les miens (il manquait quelque chose, bien-sûr) puis me propose de me rendre à l’un des ordinateurs qui se trouvent au fond de la salle.

« C’est un QCM [Questionnaire à choix multiples], ça dure environ une demi-heure, quarante minutes, » me dit l’employé, sympathique et souriant.

Je m’assieds au poste et commence à répondre aux questions (ce n’est pas non plus la première fois que je fais un test de ce genre). Au fur et à mesure des bonnes réponses, les questions se corsent. Au bout d’un moment, je tombe sur des questions de plus en plus surprenantes, on me demande de choisir la bonne formulation, mais je constate que je n’ai jamais – de ma vie à côtoyer des « locuteurs natifs de l’anglais » – entendu aucune des solutions proposées, ou que plusieurs sont « correctes ».

Interloqué, mon unique solution est de me mettre à la place de celle ou celui qui a écrit ce test, c’est-à-dire un prof d’anglais français, qui fume la pipe dans un fauteuil en cuir en dissertant sur la grammaire de l’anglais, ou (si c’est une femme) qui relève les yeux derrière ses lunettes démodés avec un air de dire « moi, je sais ».
C’est alors que je comprends que le critère d’évaluation n’est pas anglais, mais sur le jugement que porte certains français (hautement diplômés) sur ce qu’ils perçoivent comme de l’anglais. Ce que leur a enseigné l’Éducation Nationale, et qui est relativement déconnecté de la réalité linguistique.
Ayant été largement éduqué moi-même par cette même Éducation Nationale, et grâce à une certaine connaissance de la linguistique, je réponds ce que je pense qu’il faut répondre.

Tout ce cheminement n’a pas duré bien longtemps (je pense très vite), et après une vingtaine de minutes, je retourne me présenter au bureau de l’employé :

« Déjà? Bon… On va voir ce que ça donne… », lâche-t-il, étonné.

Il se penche sur son ordinateur et pousse un cri de stupeur (bon j’exagère, mais il a l’air relativement surpris) :

« Ah, vous avez un meilleur score que des locuteurs natifs ! »

J’avoue que je ne suis pas complètement surpris, car je vois mal comment un jeune états-unien ou britannique aurait pu deviner ce que veut un français agrégé d’anglais. Je ne peux m’empêcher de me demander tout d’abord ce qu’il entend par « locuteur natif », et, ensuite, comment il sait que je n’en suis pas un. Oui, je parle peut-être français « comme un français », oui, je lui ai montré ma carte d’identité française, mais je pourrais très bien avoir deux parents anglophones et un passeport britannique que je ne lui ai pas montré. Ce n’est pas le cas, certes.

Il continue de s’étonner sur le résultat en me parlant des autres candidats « natifs » qui ont eu un moins bon score que moi. Je souris en feignant l’étonnement, tout en pensant que si j’avais été un chieur — et s’il n’y avait pas eu d’opportunité d’embauche à la clé- je lui aurait demandé :

« Mais qu’est-ce que vous voulez dire par « natif » ? »

Je l’imagine me répondre :

« Bah… Un natif c’est quelqu’un qui a été élevé dans une langue, dans une famille qui parle la langue, dans un pays qui parle la langue… »

Bien-sûr tout cela se passe dans mon imagination, mais je pense que c’est dans ce sens qu’il utilisait l’expression. Si l’on la prend pour argent comptant, alors toutes les personnes qui vivent dans des « housing estates » (équivalent de nos cités françaises) au Royaume-Uni, ou dans le fin fond du Texas en sont, donc les rappeurs américains comme Puff Daddy ou Eminem en sont aussi. Mais, en sont-ils vraiment ? Sans doute, les personnes ayant des ressources linguistiques peu valorisés dans leur lieu de naissance n’auront pas la connaissance de l’échelle d’évaluation linguistique française (certains parleront de « norme »), vu qu’elles ne se réfèrent pas même à l’échelle d’évaluation linguistique dominante dans leur propre pays. Ainsi, on sera bien à mal d’évaluer d’office les compétences linguistiques ces personnes qui parlent « anglais » – et bien souvent seulement « anglais » – en considérant simplement leur lieu de naissance, la langue de leur parents, et en faisant fi de leur éducation, ou de leur contexte social.

Je repense donc au nombre de fois que j’ai vu sur des offres d’emploi cette expression « native speaker », une exigence qui m’empêchait souvent de déposer une candidature, car elle provoquait en moi une insécurité linguistique qui disqualifiait non seulement mes capacités linguistiques, mais aussi toutes mes autres qualifications. « C’est pas la peine, mes parents ne parlaient pas anglais à la maison ».

Ce test de mon niveau d’anglais m’a montré à quel point les critères d’évaluation sont variables et que donc la condition apparemment objective de « natif » cache en réalité au moins trois critères de sélection qui le sont beaucoup moins : la langue parlée par les parents (bien sûr), mais aussi la provenance géographique (de fait, si l’on a grandit dans un pays « anglophone » on peut légitimement  prétendre au statut de natif), et surtout la connaissance d’une échelle d’évaluation et de valorisation de ressources linguistiques qui n’a d’ailleurs rien d’objectif.
En se focalisant sur les premiers critères, l’utilisation de la notion de locuteur natif implique donc une essentialisation (vous êtes bien né, donc vous parlez bien) et donc à une discrimination qui semble linguistique mais qui est en fait simplement basé sur la hiérarchisation des « nations » et facilite l’accès à l’emploi -surtout à des postes internationaux— des « nationaux-natifs anglophones ».
Bien sûr, il serait abusif de considérer l’utilisation de cette expression comme une domination consciente, mais cet exemple montre bien que les relations de pouvoir au niveau international se manifeste dans l’utilisation « économique » d’un raccourci linguistico-idéologique basé sur l’idée que les locuteurs monolingues sont la norme et que la provenance et la généalogie sont des critères pertinents pour évaluer les compétences linguistiques (« Je suis arabe mais je ne le parle pas »). L’utilisation facile et autorisée de cette notion est donc le symptôme de relations de pouvoir procédant des relations géopolitiques mondiales (en l’occurrence la position hégémonique des États-Unis).

Alors que faire ? Il conviendrait à mon avis pour les employeurs non pas d’utiliser des critères prétendument objectifs (si tant est que cela existe), mais simplement explicites, pour évaluer les compétences pertinentes pour un poste. Cherche-t-on quelqu’un qui sait se débrouiller à l’oral dans un contexte anglophone ? Cherche-t-on un traducteur vers l’anglais ? Cherche-t-on un correcteur ? Dans aucun de ces cas le critère de « nativité » ne suffit, une personne avec un fort accent australien ou écossais pourrait rencontrer des problèmes de communication, et la nativité n’implique pas la bonne compréhension de l’anglais pratiqué par des personnes d’origine diverses (bien sûr, ce sera toujours à ces dernières de s’adapter, à cause, encore une fois du critère de nativité qui légitimise la position normative de ceux qui y réponde). La nativité ne garantit en rien la qualité d’une traduction, qui demande une formation technique, elle ne garantit pas non plus l’excellente connaissance des normes orthographiques et grammaticales.

On me rétorquera certainement que la notion de « natif » permet de restreindre le groupe visé par une offre d’emploi, mais c’est exactement la même chose que d’ouvrir le marché de l’emploi seulement aux européens, aux asiatiques, aux africains, ce qui sera sans nul doute identifié comme raciste.
Le QCM de l’entreprise de soutien scolaire avait, quant à lui, le défaut d’évaluer les candidats selon un échelle française de valorisation des pratiques linguistiques, alors qu’il s’agissait d’un test d’anglais, et que l’échelle d’évaluation était absolument implicite et favorisait les personnes qui, comme moi, avaient une bonne connaissance du système d’évaluation en France, et avaient une bonne connaissance de l’anglais, c’est néanmoins effectivement ce qui est recherché pour aider des élèves français. Dès lors, les locuteurs natifs ne sont pas forcément les plus aptes à remplir ces conditions, et c’est pourquoi j’ai pu avoir un meilleur résultat que certains d’eux. De même, une offre d’emploi pour un travail dans une organisation bruxelloise dans le « secteur européen » (que je connais un peu) ne testera pas les capacité d’un candidat en termes de connaissance du jargon européen (qui est bien plus que le jargon propre aux domaines institutionnels, mais recouvre aussi par exemple des tournures de phrase spécifiques aux nombreux travailleurs d’origines différentes gravitant autour des institutions).

Pour finir, il me semble que Puff Daddy est certainement un locuteur natif parce qu’il est né et qu’il parle. Le côté pernicieux de l’expression réside donc certainement dans la seconde partie de l’expression : « locuteur natif de l’anglais », car ceci implique qu’il n’y a qu’un seul anglais, le bon anglais, qui est, lui, défini par les personnes autorisées à le définir dans un contexte donné. En l’occurrence, c’est à la discrétion de l’employeur de définir ce terme comme il l’entend, puisqu’il peut se reposer sur une idée généralement acceptée d’homogénéité et de l’unicité de chaque langue.

 

Felix Danos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.