Des nouvelles de l’ouvrage « le langage, une pratique sociale, éléments d’une sociolinguistique Politique »… (qui en est à sa quatrième réédition!!!)

Les recensions sont nombreuses, nous aimons particulièrement celle de Agnès Vandevelde-Rougale, qui prend au mot notre de désir de dialoguer avec les sciences sociales! C’est ici.

Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis

Le langage, une pratique sociale Éléments d’une sociolinguistique politique. Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

17Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis, chercheurs en sciences du langage avec différents statuts universitaires au moment de la rédaction de l’ouvrage (respectivement enseignante-chercheure, doctorants, docteure), destinent celui-ci « aux étudiants en sciences du langage et aux chercheurs en sciences sociales » et le dédient aux sujets qui participent aux recherches, « ni “enquêtés”, ni “informateurs” mais interlocuteurs, hôtes, coconstructeurs de nos recherches, sans qui notre travail n’existerait pas » (p. 6). De cette double dimension est issu un livre hybride, à la fois manuel de sciences du langage et manifeste pour une sociolinguistique – et plus largement, une recherche – engagée. Il présente une méthode résultant d’une « pensée collective en action » (p.13) et toujours en construction. Il en montre la mise en œuvre et la situe au sein des sciences du langage. Il situe également ses praticiens sur la scène sociale [1][1]On peut noter que la revendication d’une émancipation de la…, son écriture s’affirmant comme un geste politique souligné en conclusion : « L’esprit collectif qui a présidé au travail effectué dans cet ouvrage constitue peut-être l’aspect central de la visée politique que nous souhaitons donner à toute approche du langage et des sciences du langage en général : […] échanger de manière libre, de construire ensemble la réflexion et de résister à toute forme d’asservissement des chercheurs, quels que soient leur statut, leur position académique ou leur appartenance » (p.347-348).

18« Le but est de donner des clés à toute personne désireuse de comprendre ce que l’on fait quand on “langage” », indiquent les auteurs dans un texte qui revient sur la genèse du livre (Canut et coll., 2019). Le propos développé dans ce livre collectif est illustré par des cas concrets qui concourent à cet objectif. Il s’agit néanmoins d’un ouvrage scientifique, dont l’appréhension sera plus facile aux lecteurs déjà familiers des sciences humaines et sociales ; ils pourront en mobiliser les apports méthodologiques pour alimenter la réflexion sur et dans les situations sociales et les penser avec les acteurs. Un glossaire comprenant la définition de vingt-et-une notions-clés liées à l’étude et l’analyse du langage et une riche bibliographie incluant des références pluridisciplinaires (anthropologie, histoire, sciences du langage, sociologie…) non limitées aux travaux francophones seront utiles aux lecteurs s’en saisissant comme manuel, de même que l’emploi de polices de caractères différentes pour le corps du texte et pour les extraits de discours analysés, facilitant le repérage d’exemples concrets d’analyses sociolinguistiques. On peut simplement regretter l’absence d’un index des notions et auteurs cités qui aurait pu faciliter la consultation de l’ouvrage en tant que texte de référence.

19Le propos est rythmé à la fois par des conclusions intermédiaires proposant synthèses et ouvertures à la fin de chacune des huit parties théoriques et méthodologiques et par la structuration de celles-ci en trois chapitres qui ne constituent pas un plan dialectique (thèse, antithèse, synthèse) mais développent les thèmes de chaque partie en trois temps qui rappellent une valse. À l’introduction générale qui présente le projet de la sociolinguistique politique en général et de l’ouvrage en particulier succèdent un cadrage épistémologique (parties I et II) et une séquence méthodologique consacrée à la présentation de la pratique anthropographique – méthode d’enquête définie par Cécile Canut, basée sur une immersion longue dans de multiples lieux visant à construire un recueil de données multimodal, multi-sites et multiformes – (partie III, p. 103-142 et glossaire, p. 349-350 [2][2]La « recherche anthropographique » est une « […] pratique…). Puis sont présentées des notions théoriques-clés relevant de l’analyse de discours comme de la sociologie, en appui sur des objets de recherche investis par les auteurs : « speech event » (partie IV), « catégorisation » (partie V), « espaces et historicités » (partie VI), « inégalités » sociolinguistiques (partie VII), rapports de « pouvoir » (partie VIII). La conclusion générale rappelle le constat de non-transparence de l’activité langagière, qui n’est pas un « simple vecteur de pensées ou simple support de messages entre locuteurs » (p. 345), et le questionnement central qui traverse l’ouvrage : « Comment le langage peut-il à la fois contraindre et émanciper ? »

20Cette publication témoigne de la fécondité du positionnement de ses auteurs qui tiennent compte des discours de leurs interlocuteurs comme des leurs dans leurs analyses. La démarche proposée s’appuie sur différentes approches en sciences du langage (analyse de discours, anthropologie linguistique, approche sociale des imaginaires linguistiques, ethnographie de la communication, linguistique de l’énonciation, sociolinguistique critique, sociolinguistique interactionnelle, sociologie du langage) pour construire une méthode d’analyse du dire et des effets du dire (« En parlant, nous engageons une multitude d’effets sur le monde et sur les autres : nous agissons », p.345), en portant une attention particulière à la description de « la production du sens en interaction » (p. 64). Mobilisant également des apports de la théorie sociale (notamment la notion d’habitus théorisée par Pierre Bourdieu) et de la théorie critique (particulièrement la question des rapports de forces et de pouvoir, en tant qu’ils sont productifs et pas seulement contraignants, développée par Michel Foucault), la « sociolinguistique politique » (aussi « une sociologie ou une anthropologie politique du langage », p.11) s’intéresse aux liens entre discours et société et à leurs interactions réciproques dans une perspective politique comprise comme « ce qui questionne le statu quo ou les évidences sociopolitiques telles que l’ordre établi, les structures de pouvoir ou les rapports sociaux de domination » (p. 11). Elle s’intéresse à la « parole », considérée dans sa « dimension éphémère et hétérogène » (p. 185), plutôt qu’à la « langue », « catégorie-objet » qui « repose sur une discrimination entre les pratiques légitimes et celles qui ne le sont pas » (ibid.), et dénonce les pratiques de réification du langage et de hiérarchisation de ses usages (notamment dans le chapitre 1 de la partie VI, p. 221-231). Prolongeant la sociolinguistique critique proposée par Monica Heller (2002), elle a pour objet d’« offrir [des] manière[s] de plus de penser la construction de la réalité sociale et sa possible transformation » (p. 180).

21La sociolinguistique politique s’appuie sur la conception d’un sujet complexe, aux positions subjectives et sociales multiples et variables, et sur le postulat qu’« il existe des processus communs qui concernent les dynamiques de réflexivités langagières et de pratiques » (Canut et coll., 2019). La méthode d’analyse interprétative proposée est ancrée dans le discours et son hétérogénéité : elle « fonctionne dans un va-et-vient entre discours recueillis en situation, discours institutionnels et discours dits “scientifiques” sur les discours » (p. 13). Elle s’appuie sur un travail de coconstruction des données dans la durée et repose sur une approche transversale qui partage certaines caractéristiques avec les méthodes développées dans d’autres disciplines. Comme la sociologie clinique, par exemple, la sociolinguistique politique nécessite une implication du chercheur avec les personnes pour coconstruire la recherche et intègre la prise en compte de la subjectivité du chercheur dans l’analyse interprétative (Gaulejac, Hanique et Roche, 2007 ; Le Ven, 2019) ; comme la linguistique de l’énonciation, elle prend en compte les conditions de production des énoncés dans leur analyse (Kerbrat-Orecchioni, 1999). Concrètement, les auteurs insistent notamment sur la nécessité de décrire les manières de recueillir les données afin d’intégrer dans l’analyse ces éléments qui influent sur les résultats. Cela est montré dès la première partie de l’ouvrage (p. 35-64), qui souligne les dimensions sociologiques et politiques attachées à la transcription des pratiques langagières et pourra intéresser tout chercheur – psychologue, psychosociologue, sociologue, par exemple – appuyant ses travaux sur des discours. Les « pratiques langagières » sont considérées à trois niveaux : « discursif » (visible dans une transcription « proche d’une convention de notation comme on en trouve dans les textes des pièces de théâtre » permettant de « travailler facilement la matérialité langagière comprise comme articulation/hiérarchisation de lexèmes ou encore comme mouvements discursifs », p.46) ; « stylistique » (avec une transcription incluant « d’autres aspects, comme les prononciations, les choix lexicaux ou les changements de registre » ou la description de certains éléments non verbaux, « facilitant l’étude des pratiques langagières comme performances » et pouvant faire « émerger de nouvelles interprétations de la situation à travers l’examen des manières de parler », p. 50-51, 54) ; « interlocutif » (interactionnel et conversationnel), à l’aide de normes de transcription incluant les gestes significatifs des locuteurs tels que le mouvement des regards, les rires, les chevauchement, les silences… (p.59).

22Si les auteurs ne mettent pas en lien dans leur ouvrage la sociolinguistique politique avec la psychosociologie et la sociologie cliniques, insistant avant tout sur une pensée des liens entre langage et société et l’articulation de leur approche avec les autres sciences du langage, on peut néanmoins relever une proximité épistémologique entre ces disciplines. S’appuyant sur certaines racines théoriques et méthodologiques communes que révèle le partage d’un certain nombre de références (Georges Devereux et la réflexivité du chercheur, Pierre Bourdieu et la notion d’habitus, Judith Butler et le double processus d’assujettissement, Sigmund Freud et l’inconscient…), ces approches ont en commun la prise en compte de la réflexivité du chercheur, la conceptualisation d’un sujet divisé et pluriel, l’intérêt pour les processus d’émancipation, la démarche de coconstruction des savoirs ou encore certains outils (récits de vie, film de recherche…). La pratique de « l’entrevue narrative et située », développée à la croisée de l’histoire orale et de la sociologie clinique par Rosely Carlos Augusto (2019), partage ainsi certains traits avec l’approche anthropographique (partie III). Une différence majeure consiste néanmoins en l’attention portée au langage : s’il est central dans la sociolinguistique politique, qui en fait son objet d’étude, la sociologie clinique et la psychosociologie clinique le considèrent généralement en tant que dimension intégrée à d’autres objets théoriques.

23L’ouvrage de Cécile Canut, Félix Danos, Manon Him-Aquilli et Caroline Panis pourra aider les sociocliniciens comme les psychologues sociaux et les psychosociologues à approfondir la question du langage. Réciproquement, les travaux menés en sciences sociales cliniques pourraient apporter un éclairage utile aux sociolinguistes politiques dans leur « travail sur le rôle déterminant de la réflexivité des locuteurs dans la production langagière » (p. 347), que ce soit par l’apport de notions théoriques spécifiques ou par le partage de la compréhension de certains terrains sur lesquels se déploient les pratiques langagières.

Agnès Vandevelde-Rougale, Chercheuse associée au lscp

https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2020-2-page-287.htm#s1n2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.