Le sens masqué des mots

subreptissement Il n’est pas sûr que parmi l’arsenal rhétorique du pouvoir, les mots repris comme à la volée soient ceux dont il faudrait que l’on s’occupe. Il n’est pas sûr que parmi ces mots que l’on entend partout, il en soit un qui vaille la publicité qu’on lui fait. Et il n’est pas moins possible qu’il faudrait qu’on retienne ceux que la fortune des autres dissimule. Sans doute ne s’est-on pas arrêté sur une formule lancée il y a peu par un homme de pouvoir devant un parterre de sympathisants. La volonté de gagner la bataille de la communication s’annonçait là comme une tâche essentielle. Que la communication fasse l’objet d’un combat ne peut que susciter la plus grande perplexité. Cela suscite à tout le moins un embarras chez ceux pour lesquels cette communication là ne constitue pas un enjeu. Car ce qui est dit là, c’est que de moyen, la communication est passée sans plus d’émotion à la dimension de fin. Ce qui est dit là, c’est en même temps que ce glissement du sens, qui à vrai dire en est la perte, peut être clamé devant un public en liesse. Ce qui est dit, c’est que peut être fait dans la joie l’aveu de la relégation du sens : le sens importe moins que la force de persuasion qui opère, le message n’est plus de contenu mais de
forme, la forme seule peut se substituer au sens… dans la ferveur d’une épiphanie exaltée.
Mais il y a mieux. Ainsi formulée, la promesse se constitue elle-même en pure communication : ce qui en appelle à la communication est encore dela communication en ce que le message n’invite pas au débat mais à l’adhésion immédiate d’une foule. Elle-même communication, la déclaration vaut pour son propre usage : clamer dans les hourras que la bataille de la communication sera gagnée, c’est l’avoir déjà remportée. Affirmation validée dans l’instant de sa profération, sans répit de réflexion, elle est triomphe de rhéteur sous les vivats. Et c’est ainsi, par un habile paradoxe, tout plein de l’ironie à laquelle les publicitaires s’emploient sans mesure, qu’il est fait d’un message qu’il ne soit plus porteur de son sens propre, mais des seules conditions de sa profération. Ou, plus exactement, que son message contenu, comme crypté, s’exprime d’autant mieux
que les formes soulèvent l’enthousiasme : ce qui n’est pas dit importe d’autant plus que la force de persuasion opère mieux. C’est une manière de conditionnement, comme préalable à l’assentiment d’un public, où, pour recueillir l’assentiment du plus grand nombre, il faut faire en sorte qu’il ne puisse que consentir à l’évidence de son approbation.

Les moyens de parvenir à l’évidence de son consentement sont ceux qui visent à la participation de chacun à son conditionnement. On le sait depuis belle lurette, la division en est l’agent premier. À fois germe et fruit de la rivalité, des peurs et des convoitises, elle offre à la volonté de contrôle les conditions de son meilleur exercice. L’emploi d’un certain vocabulaire n’est pas anodin. Il n’est pas même sans ingéniosité. Avancer ainsi le terme de discrimination positive, passé depuis dans le langage courant, c’est, sans y paraître, laisser penser possible l’idée d’une discrimination, fût-elle bienveillante – si tant est que la bienveillance ait jamais eu à voir avec la discrimination. C’est faire circuler de bouche en bouche, affublé d’une positivité toute argumentative, un mot que la répétition vide de sa basse signification : celle d’une séparation sociale, ou pire. C’est donner comme avérée cette séparation. Ou plus même : c’est donner à penser que la coupure est au principe d’une société distribuée en groupes distincts et homogènes.
Les mots sont toujours ceux d’un contexte. Le terme de racaille, dans la bouche d’un ministre, dépasse le strict registre de l’insulte : de par ses fonctions et les responsabilités qui lui ont été mandatées, celui-ci le déporte dans le registre de l’analyse : la violence verbale n’est pas seulement légitimée, elle participe tout autant d’une vision essentialiste visant à la stigmatisation. L’insulte proférée de la sorte décontextualise une catégorie
fluctuante tout en pointant sa permanence : la virulence mêlée d’imprécision de l’énoncé permet que tous se sentent visés… jusqu’à des villageois, anciens banlieusards, émus par ces propos : « Je n’en revenais pas quand je l’ai entendu. J’ai dit à Jean : “Mais c’est nous qu’il traite de racaille !” » Il fait de l’usage du terme un levier de la division : division des
individus, à l’image de la division sociale, dont la peur du mal doit devenir la principale préoccupation. Parmi de vrais jeunes, d’autres agiraient à visage couvert : ceux issus d’une fausse jeunesse dont il y aurait tout à craindre. Ces jeunes dont le rapport Benisti (1) dit qu’ils sont, dès le plus jeune âge, destinés à être déviants parce qu’ils sont d’une autre culture, ou possèdent une autre langue, c’est-à-dire qu’ils connaissent de supposés problèmes d’identité.

Rien ne serait en eux le résultat d’un parcours, d’expériences, mais répondrait à une détermination de nature. Là où prévaut l’essence, et non la connaissance, le discrédit confine à l’ostracisme. Des mots dont la violence ne cesse d’éberluer sont ainsi prononcés, et sans qu’on y prenne garde. Si l’on a retenu les termes de racaille et de kärcher, si ceux-ci font maintenant recette, on s’est moins arrêté sur d’autres les accompagnant. On a moins dit qu’il s’agissait surtout de nettoyer et de débarrasser nos villes : en sorte de vider nos rues de personnages encombrants. On a moins dit que ce lexique de l’ordure était lui-même nauséabond et qu’il ne peut qu’interroger sur ce que la chose publique peut tolérer d’un appel aux forces pulsionnelles. On a moins dit aussi qu’il ne trouble pas moins quant à la puissance de division qu’il promet d’opérer parmi tous. On a moins dit enfin que ces rebuts de notre monde voués à leur évacuation, objets d’apostrophes brutales et sans appel, ne sont semble-t-il pas même dignes d’être écoutés. Êtres de nuit, êtres de feu et de pierre, on ne les entend pas. Dans cette exclusion de la parole, la justice, lieu de l’échange verbal et de la confrontation des discours, n’a que peu sa place. La comparution immédiate est un bâillon de plus. Pas de dialogue, pas d’écoute. Pas de réelle communication. Le retour à l’ordre est à ce prix : celui d’une communication à la faveur d’une non-communication, lorsqu’elle est sa confiscation par ceux qui l’exercent en vue de la résignation de tous.

(1) Rapport préliminaire de la commission prévention du groupe d’études parlementaire
sur la sécurite intérieure, présidé par Jacques Alain Bénisti député du Val-de-marne et les membres de la commission sur la prévention de la délinquance, octobre 2004.

Texte écrit  par Cécile Canut et Alain Hobé,  paru dans la presse en 2006.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.