Séminaire Anthropologie du langage

Anthropologie du langage : Discours, migrations & idéologies linguistiques

Cécile CANUT, Professeur des universités (CERLIS, université Paris-Descartes)

Domaine de spécialité : sociolinguistique, anthropologie du langage

Dans le prolongement de notre exploration théorique des approches de la linguistic anthropology anglo-saxonne et canadienne,

nous aborderons un aspect spécifique de la relation entre langage et pouvoir : celui des discours concernant les processus migratoires, notamment les migrations africaines et roms en Europe. Avec les outils de l’analyse de discours française, de la CDA (Critical Discursive Analysis) et de la sociolinguistique critique, nous proposerons d’étudier la pluralité des formes discursives visant à déplorer, expliquer ou justifier les départs selon qu’ils proviennent des espaces sociaux, médiatiques, politiques, institutionnels, associatifs, ou encore artistiques. Aventuriers, nomades, travellers, voyageurs, clandestins, sans-papiers… : au-delà des mots visant à qualifier les migrants et leurs actes, nous aborderons la diversité des auto-nominations dans les multiples langues en Afrique et en Europe. Nous tenterons plus encore de comprendre le rôle que jouent les récits dans la concrétisation des projets des voyageurs : récits racontés au retour, récits produits pour les associations ou les institutions, récits confiés à des chercheurs, récits écrits pour être publiés, etc.

Notre regard se focalisera ensuite sur la circulation des discours et des récits dans le cadre de situations énonciatives précises afin de montrer que les perceptions que suscitent les migrations s’inscrivent dans des historicités et des dispositifs sociaux et politiques à chaque fois spécifiques. Nous proposerons d’étudier cette relation en montrant comment la circulation des récits et des discours sur les migrants ou par les migrants eux-mêmes constitue un ensemble narratif (de textes écrits ou oraux, privés ou publics) déterminant pour comprendre, d’une part, les fonctions et les processus migratoires, et, d’autre part, mesurer l’impact qu’ils possèdent sur ces mêmes processus. Qu’il s’agisse de productions locales ou internationales, de discours politiques, culturels ou ordinaires, de récits de vie ou de chants (officiels ou populaires), qu’ils soient relayés par les médias, le cinéma ou la littérature, toutes ces mises en mots circulent dans les espaces sociaux et prennent une valeur performative dont les effets portent sur les imaginaires, mais aussi sur les décisions prises au cours des migrations : les départs, les trajectoires, les pratiques sociales, les itinéraires, les modalités de résidence, les formes de vie ailleurs, les retours…

Enfin, pour illustrer ces différents aspects langagiers, le rôle du documentaire filmique sera particulièrement mis en avant. Que ces différents films soient ou non réalisés par les migrants eux-mêmes, la migration y est à la fois mise en discours, mise en récits et mise en scène, renvoyant à trois types d’espaces de parole où se construisent des images, des figures et des paroles de migrants.

Cette proposition rendra compte très largement des travaux de l’ANR MIPRIMO (La migration prise aux mots), lesquels donneront lieu très prochainement à la publication de plusieurs ouvrages et articles sur cette thématique.

Horaire : Mercredi de 17h à 19h – SALLE 10 – 105 boulevard RaspaiL- PARIS 6E

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/1233/

Mercredi de 17 h à 19 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), les 19 et 26 novembre, 3, 10 et 17 décembre 2014, 28 janvier, 4 et 18 février, 4, 11 et 18 mars et 8 avril 2015

Renseignement : cecile.canut@parisdescartes.fr

1.  Mercredi 19 novembre

Présentation du Séminaire : Discours, migrations & idéologies linguistiques

+ Présentation de l’ouvrage : Carnet de voyage d’un voyageur en Afrique (les mots de la migration), Le Cavalier Bleu (avec Elsa Ramos), sortie novembre 2014.

2.  Mercredi 26 novembre

 Les konpo xooro des migrants soninkés de Dakar : histoire, pratiques et mises en discours

Cheikhna Wagué (cemaf / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

& Sandra Nossik (elliadd / Université de Franche-Comté)

Les migrations des Soninkés à Dakar ne sont pas un phénomène nouveau. Elles remontent à la période coloniale et ne se sont jamais rompues. Aujourd’hui, elles donnent à voir plusieurs profils d’immigrés. L’incursion dans les kompo xooro (maisons communautaires des migrants soninkés), l’un des points d’ancrage de cette migration, nous a permis de collecter des récits évoquant des profils et des parcours différents, allant des migrations familiales de longue date à celles de transit des jeunes, en passant par des migrations professionnelles ou individuelles. Ces récits se prêtent à des analyses tant socio-historiques que discursives.

Nous examinerons comment les pratiques quotidiennes liées aux konpo xooro sont à la fois reflétées et renforcées par leur mise en discours : de façon performative, les récits de voyageurs soninkés s’inscrivent dans une continuité historique légitimant leurs pratiques, tout en les pérennisant.

Nous nous attarderons également sur la façon dont les récits révèlent des scissions générationnelles marquées par des expériences migratoires différentes, se traduisant dans la narration par une tension discursive entre identifications collectives et subjectivations des histoires.

3.  Mercredi 3 décembre

La migration des capverdiens à Dakar : famille et territoire.

Elsa Ramos (CERLIS, université Paris Descartes)

Il s’agira de présenter une recherche menée sur la migration des capverdiens au Sénégal. Les enquêtés rencontrés n’ont pas tous vécu le déplacement. Pour la plupart ce sont les générations précédentes qui sont venues entre les années 20 et les années 70. Certains ne connaissent pas le Cap-vert. Néanmoins, tous se définissent comme « capverdien(ne) ». Il s’agira de discuter des pistes de réflexion qu’ouvrent ces définitions de soi en s’intéressant aux liens entre les appartenances familiales et territoriales.

4.  Mercredi 10 décembre

Dé-placements politiques sensibles et poésie satirique brûlante au Sahara occidental Sébastien Boulay (CEPED, université Paris Descartes)

Ma communication s’intéressera à des mobilités ouest-sahariennes d’un genre particulier, des migrations de « retour » dont la qualification renvoie ici à une politique d’attraction par l’Etat marocain de populations sahraouies des camps de réfugiés de Tindouf, siège de la République arabe sahraouie démocratique et du Front Polisario. Cette politique, d’abord déployée par Hassan II sur la base d’un discours religieux d’offre de repentance aux cadres du mouvement indépendantiste sahraoui, a généré dans les années 2000 (sous le règne de son fils et successeur Mohamed VI) des mouvements de personnes importants, mais semble-t-il avant tout motivées par des objectifs économiques d’accès aux facilités spéciales offertes par le Makhzen aux « retournants » (« câ’idîn ») et a commencé à susciter également une circulation de poèmes particulièrement acerbes sur certaines de ces figures du « ralliement », poèmes qui s’avèrent très intéressants pour saisir la complexité de ces mobilités singulières, dans un contexte social et culturel largement marqué par l’empreinte du nomadisme, malgré l’exil et l’occupation.

5.  Mercredi 17 décembre

Récits de griots, récits de migrants et récits d’honneur au Mali

Daouda Gary-Tounkara (LAM, Bordeaux)

Cette communication se propose d’étudier les liens entre récits de griots ou jeli et récits d’individus en situation migratoire. L’analyse de évolution de la fonction de griot en milieu manding sur la longue durée permet en effet de comprendre le processus d’élargissement du destinataire des chants de louange, initialement consacrés au roi ou au prince mais de plus en plus recyclés pour les migrants revenus victorieux de la compétition pour la gloire et la fortune à l’étranger. Cela permettra de mettre en lumière les mécanismes historiques et récents de la reconnaissance de l’individu au Mali.

6.  Mercredi 28 janvier

La langue du seuil.

Anthropologie du langage dans un centre d’accueil d’urgence pour immigrants

Clémence Bailly (université Paris Descartes)

Résumé à venir.

7.  Mercredi 4 février

 Les récits de mobilités privilégiées : entre discours réflexif et promotionnel.

Aude Etrillard (Prefics, université Rennes 2)

Dans le cadre d’une ethnographie de la migration britannique en milieu rural en Bretagne, j’explorerai les fonctions, formes et contenus de la mise en récit de l’expérience migratoire. Ce phénomène migratoire entre dans deux cadres théoriques qui me permettront de mettre en lumière deux différents aspects de la mise en récit de soi par les migrants. Dans le cadre du concept de lifestyle migration (Benson et O’Reilly 2009), rejoignant la sociologie d’Anthony Giddens (1991) c’est l’émergence de la réflexivité du sujet social comme élément central de la construction des trajectoires de vie dans les sociétés modernes qui permettra la décision de migrer. Nous verrons que la narration de ces trajectoires personnelles observées chez les migrants permet alors la construction d’une cohérence et une rationalisation des choix de vie. Elle protège la continuité de l’individu dans des sociétés modernes fragmentées, compressée et précaires face aux risques du modèle néo-libéral posant l’individu en entrepreneur de sa vie. Par ailleurs, dans le cadre du concept de mobilités privilégiées (Amit 2006 et Croucher 2012) il s’agit de comprendre l’intrication de ces migrations avec la recherche de profit par les autochtones et migrants, et la jouissance de privilège en terme de liberté de circuler et en terme d’accueil dans les espaces concernés. Grâce à cette seconde approche critique, j’observe que la narration de l’expérience migratoire est intégrée dans des stratégies de mise en désir des territoires, permettant une valorisation des espaces, une légitimation des migrants sur les territoires et une promotion des services et des biens offerts sur le marché du tourisme résidentiel.

8.  Mercredi 18 février

À l’écoute du « Cri de la Tourterelle ».

 La performativité du chant et du cinémasur la migration au Niger

Marina Lafay (CEPED, université Paris Descartes), Carola Mick (CEPED, université Paris Descartes)

Le film Koukan Kourcia ou le Cri de la Tourterelle (Magori 2010) est le résultat d’une initiative personnelle et sociale visant à influencer les pratiques migratoires des hommes nés au Niger. Avec l’aide d’une célèbre cantatrice, Elhadji Sani Magori, à la fois réalisateur et acteur principal du film, invite les hommes migrants à un retour vers leur lieu d’origine, pour remédier aux effets défavorables d’ordres économique, social, mais aussi émotionnel qu’entraîne leur absence. Cette contribution présente une analyse sémiologique et discursive de la mise en récit et de la mise en scène particulière de ce projet social, afin d’en évaluer les conditions de performativité exploitées par les acteurs impliqués.

Abstract

The film Koukan Kourcia ou le Cri de la Tourterelle (Magori 2010) is the result of a project of social intervention with the aim of influencing the migration practices of men born in Niger that provokes emotional, social and economic problems.  With the help of a popular singer, the main actor and director of the film, Elhadji Sani Magori, tries to make the migrants return to their place of origin. This article presents the semiologic and discursive analysis of the particular staging of the social intervention on the diegesis and its transformation into an audio visual narration, with the aim of researching the conditions of performativity of the interventionist social project as developed by the implied actors.

9.  Mercredi 4 mars

 Une analyse du discours international sur la « fuite des cerveaux » Un consensus en trompe-l’oeil

Antoine Pecoud (université Paris 13) & Antonina Levatino (université Pompeu Fabra)

 Les migrations internationales font l’objet, depuis les années 2000, d’une attention accrue de la part des organisations internationales. Cela a débouché, entre autres, sur la publication de rapports et l’émergence d’un discours international sur les migrations, qui aspirent à la fois à comprendre les enjeux migratoires et à proposer des pistes d’action politiques afin de construire des mécanismes de gouvernance internationale. De tels récits supposent cependant de surmonter les divergences d’intérêts entre les acteurs concernés (États, ONG, secteur privé notamment). Cet article analyse la manière dont ces rapports abordent la question des migrations qualifiées, lesquelles se caractérisent par des dilemmes économiques, moraux et politiques particulièrement clairs. Il montre comment les organisations internationales tentent de concilier des positions potentiellement incompatibles afin de surmonter discursivement ces dilemmes et de créer un consensus. Bien que cela fasse partie de leur mandat, le résultat de cette approche est une dépolitisation des questions liées aux migrations.

 

10.           Mercredi 11 mars

 Entre Afrique et Europe, entre tourisme et migration,la complexité discursive sur l’île de Sal (Cap-Vert)

Caroline Panis (CERLIS, université Paris Descartes)

 L’essor touristique actuel de Sal, au large de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, a reconfiguré le paysage migratoire de la région. Au croisement de trois continents, l’île est aujourd’hui un carrefour entre différents lieux, différents rêves, le point de rencontre de différents imaginaires, souvent résolument déçus, sur lesquels les discours sur l’ « art cap-verdien » jouent un rôle inattendu. Dans un contexte où se côtoient habitants cap-verdiens, touristes européens, travailleurs chinois et aventuriers ouest-africains, je propose d’interroger le rôle des récits de migration dans l’imaginaire qui pousse au départ des migrants de plus en plus nombreux, ainsi que la reproduction de discours sur l’eldorado cap-verdien, le seul socialement acceptable quand bien même le succès de l’aventure n’est pas au rendez-vous.

11.           Mercredi 18 mars

Le batuke de la colère : approche transnationale des pratiques du langagiaire

Cécile Canut

 

12.           Mercredi 8 AVRIL

 Les ambivalences des discours entourant les migrations des Burkinabè en Côte d’Ivoire

Alice Degorce (IMAF, Paris)

 Les migrations des Burkinabè vers la Côte d’Ivoire constituent un phénomène remontant à la première moitié du XXème siècle, servant à l’époque les intérêts des colons français. Les départs en Côte d’Ivoire ont cependant pris une grande ampleur au lendemain des Indépendances (1960), avant que des mouvements de retour ne soient amorcés dans les années 1980. Ces migrations de retour sont ensuite devenues très importantes au moment de la guerre qui a touché la Côte d’Ivoire au début des années 2000. Différents types de discours ont entouré ces mouvements migratoires : nous nous baserons ici sur deux corpus oraux, l’un constitué de chants et l’autre d’entretiens, ainsi que sur l’analyse d’un ouvrage écrit au moment où ces départs étaient les plus importants, dans les années 1970. L’une des spécificités de ces discours est qu’ils apparaissent dominés par des propos critiques appelant à ne pas partir et à rentrer au Burkina Faso, passant sous silence les bénéfices de la migration, voire réprouvant les migrants. Afin d’interroger les nuances et les attitudes ambigües qu’ils reflètent, il s’avèrera nécessaire de situer ces discours tant du point de vue historique que spatial, selon qu’ils ont été recueillis en milieu rural ou urbain, et par rapport à l’identité de leurs énonciateurs et de ceux à qui ils sont destinés.

Bibliographie :

Amselle J.-L. (1976), Les Migrations africaines. Réseaux et processus migratoires. Paris, Maspéro, 126 p.

Bredeloup S. (2014), Migrations d’aventures, Terrains africains, Paris, Cths-Géographie.

Butler J. (1997), Excitable Speech : A Politics of the Performative, Routledge, London (édition en français : Le Pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, éditions Amsterdam, Paris, 2004).

Canut C. et Sow A. (eds.) (2014), Les Voix de la migration, Cahiers d’études africaines, n° 213-214, Paris.

Canut C. et Mazauric C. (eds.) (2014), La Migration prise aux mots, Mise en récits et en images des migrations transafricaines, Paris, Le Cavalier bleu.

Clifford J. (1997), Routes, Travel and translation in the late XXth Century, Cambridge, Harvard University Press, 408 p.

Kroskrity P. V. (éd.) (2000), Regimes of language : Ideologies, polities, and identities, Oxford, James Currey.

de Latour É. (2003), « Héros du retour », Critique internationale, n° 19, p. 171-189.

Pian A. (2009), Aux nouvelles frontières de L’Europe ; l’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc, Paris, éditions La Dispute.

Wodak R. & Meyer M. (eds.) (2001), Methods of Critical Discourse Analysis, SAGE Publications, London.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.